Mon laptop LDLC, trois ans après

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Je vous avais présenté mon laptop lors de son achat, un peu comme une expérience, peut on acheter un ordinateur portable sans système d’exploitation puisque je n’avais pas l’intention d’utiliser Windows ? Comment ce châssis full plastique a-t-il vieilli ? Et l’autonomie c’en est où ? Voyons ça de près.

Le logiciel, merci Manjaro

Pour mes besoins je pense que j’avais vraiment fait le bon choix. Remember, le support du matériel n’était pas parfait, entre la gestion de la mise en veille, du WiFi capricieux, tout n’était pas rose lors de la première installation. Mais depuis, mises à jour fréquentes et montées de version du noyau ont permis pas mal de progrès de ce côté là et matériellement parlant en terme de support je n’ai pas à me plaindre, mais il aura fallu tout de même un an. Il arrive encore très sporadiquement que la carte graphique lâche à la sortie de mise en veille, mais en dehors de ça c’est rock solid.

La performance surtout graphique a aussi bien évolué avec le temps, au point de pouvoir jouer sur cette machine à quelques jeux dont ce n’était pas du tout l’objectif, encore moins sous Linux. Dites vous que j’ai réussi à faire tourner Serious Sam 3, certes en assez basse qualité mais jouable y compris pendant les phases intenses de combat avec quelques dizaines d’ennemis à l’écran.

Au final en trois ans il n’y aura eu que trois installations, celle d’origine ayant été remplacée lors du changement de SSD (qui n’aura vécu que 6 mois), et celle qui a disparu avec le SSD mort remplacée par celle que j’utilise actuellement. En termes de bureau pour les curieux, c’est XFCE, Deepin, XFCE. Pour la prochaine installation, probablement avec le prochain pc, ça sera certainement Cinnamon, j’ai pu le tester pendant plusieurs heures il me plaît beaucoup et permet les personnalisations que je recherche, avec l’aspect de fraîcheur qui manque à XFCE (Update : ça se paie fort sur la conso de RAM, on est sur du x2…).

Côté mises à jour je n’ai pratiquement jamais eu de souci à part celui du retour de vacances cette année, un seul vrai problème logiciel en trois ans, partiellement ma faute, comment dire… Certes je suis un utilisateur avancé mais les gaillards derrière Manjaro font vraiment du bon boulot pour limiter les rugosités inévitables des mises à jour permanentes de la distribution mère. On est toujours pas prêt de proposer ça aux nouveaux arrivants qu’on redirigera vers un Ubuntu ou dérivé, mais pour un flemmard comme moi qui n’a pas envie de passer trop de temps à configurer son poste et préfère l’utiliser, c’est salvateur. Y’a bien un ou deux trucs qui me gênent par rapport à d’autres distributions, mais c’est tellement spécifique à mes usages (autocomplétion SSH absente par exemple) que je ne vais pas non plus coller tout le monde au pilori.

Le matériel : le plastique c’est pas fantastique

Pendant que vous cherchez la référence moisie de ce titre de chapitre, j’ai refait un tour de la machine en photos. Le constat est pas brillant, le châssis tout plastique a souffert, vraiment, sachant qu’à part la trappe pour changer le disque j’ai pas passé mon temps à le démonter pour l’entretenir. Je le ferai peut être dans quelques semaines pour rafraîchir la patte thermique, car c’est une pièce d’usure même si le processeur consomme tellement peu que le ventilateur ne se déclenche pratiquement jamais.

Voici donc quelques clichés, je détaille juste après :

L’ouverture au niveau de la charnière et de la prise d’alimentation ça s’est fait dans la première année de la machine, quelques semaines après son retour de sav. Ah oui, la machine est repartie une fois chez ldlc pour faire changer l’écran, qui souffrait de faux contacts (retrouver la photo twitter). Le plastique qui retenait l’écrou s’est désintégré (si si, vu le nombre de morceaux c’est ça), donc impossible de réparer. Quand au cadre plastique autour de l’écran, je ne sais absolument pas dans quelles conditions il a pu finir dans cet état là, puisque je ne l’ai démonté qu’une fois après son retour, et je l’avais remis à sa place en un seul morceau, maintenant j’en ai trois, qui tiennent tous bien en place ceci dit.

Mais c’est la seule fois où je l’ai renvoyé, quand il est revenu les techniciens avaient oublié de remettre l’aimant qui permet la détection de la fermeture de l’écran pour couper l’éclairage (c’est pour ça que je l’avais démonté d’ailleurs)…

A part ça, la bécane a tenu bon, l’écran n’a aucun pixel mort, le clavier n’a montré aucun signe de faiblesse, la puissance même si elle peut me paraître limite tient surtout du fait que j’en fais plus maintenant qu’à l’époque. Il a tout de même la solidité des ports USB qui laisse à désirer, l’un des usb2 enchaîne les faux contacts et est inutilisable, et je commence à avoir du jeu sur l’un des usb3.

Concernant l’autonomie, il y a eu des hauts et des bas en fonction de certaines régressions du noyau concernant la gestion de l’énergie, mais là, la batterie semble vraiment à bout puisque même sans rien faire, écran éteint je dépasse difficilement les six heures alors que je pouvais dépasser les treizes aux grandes heures dans les mêmes conditions, et entre six et huit heures en fonctionnement suivant l’activité.

Son remplaçant encore plus compliqué à trouver que le smartphone

Ceux qui avaient lu ma check-list de smartphone ont compris que je peux avoir des exigences assez élevées, limite utopiques (et j’ai salement dérivé n’est-ce pas ?). C’est encore plus vrai sur les laptops dont le marché s’est réduit à peau de chagrin, englué dans des machines soit trop chères soit à la limite de l’arnaque même à moyen prix. Il y a quelques années aux alentours de 600 euros on pouvait trouver de bonnes machines qui étaient évolutives dans le sens où RAM, SSD, batteries pouvaient être remplacées en cas de besoin (défectuosité, augmentation de capacité…). Et la puissance au moins CPU n’était pas sacrifiée. Maintenant, on trouve RAM soudée, donc impossible à changer, idem pour le stockage dont la performance et la capacité sont risibles, la capacité figée, et quand l’un de ces deux-là meurent tôt vous pouvez jeter toute la machine. Et le CPU a drastiquement baissé en gamme.

Pire, les écrans mat sont toujours trop rares, la résolution est encore trop souvent faible (1366×768, c’était déjà le standard y’a 10 ans et c’est toujours le cas aujourd’hui…), le poids n’évolue pas ou peu. Les seules vraies prestations à même d’attirer les clients coûtent deux à trois fois le budget moyen que le public est prêt à mettre dans une machine. Malgré le format le poids n’aide pas à la mobilité, et les machines peu encombrantes sont d’abord orientées « pro », et le prix s’en ressent avec des options peu utiles pour le grand public.

Et puis j’aurais l’occasion d’en reparler plus longuement, mais j’attends une vraie alternative abordable (environ 700 euros, et j’ai bien conscience que c’est encore très haut dans un budget informatique moyen), ce qui veut dire plate-forme AMD et pas Intel. Mais là, on sent qu’Intel et ses pratiques sont à l’œuvre, il faut lutter pour trouver les références sans annonces des constructeurs, et certains résultats sont décevants quand les machines passent au grill. Avec un peu de chance, la pénurie annoncée par Intel pourrait profiter à AMD, et donc au public.

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
3 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
LaurentMatth Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Matth
Invité
Matth

Bonsoir, pour ma part, je conseille souvent à mes connaissances d’aller vers des pc reconditionnés, garantis. Ce sont souvent des parcs d’entreprises déclassé (machines ayant 3-4 ans, parfois plus), mais remis à neuf et avec une garantie de un voir deux ans (extensible parfois à 3ans). Alors certes ces machines ne sont pas neuve, mais on ne peut pas dire que la puissance des machines évolue aussi vite qu’avant. Un passage d’une génération de cpu à une autre améliore les perfs brutes de quelques maigres pourcents et diminue en général la consommation énergétique de quelques watts. Cela permet aux gens… Lire la suite »

Laurent
Invité
Laurent

Il est vrai que c’est soit l’evolutivité soit le poid. Le dernier modèle que j’ai est plutôt pas mal. Un Asus ux430ua et pour 650€ tu as un core i5 un ssd m2 dalle mate et une machine de 1.2 kg ultra compact. La gen 8 est pas mal on a enfin du 4 core sur sur les i5 avec hyper threading. Comparer a mon latitude 5480 du boulot il a pas trop a rougir. Bon je pense que le linux allège vachement par rapport au windows 10 et la tonne d’utilitaire/antivirus.