J’ai finalement choisi un Huawei P20 Lite

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

J’ai parlé il y a quelques temps maintenant des critères que j’attendais de mon prochain smartphone, dont la recette complète était jusque là quasiment impossible à trouver ou presque. Et ce malgré les annonces des nouveaux modèles des différentes marques en ce début d’année (l’article a été écrit avant Noël, le MWC est passé par là depuis). J’ai finalement jeté mon dévolu sur le Huawei P20 Lite, et il y a beaucoup à en dire, parce que les plus avertis verront que y’a plein de choses qui ne correspondent finalement pas.

ROM, support LTE, batterie, tu déconnes Seb ?

Ben oui, ne serait-ce que sur ces points-là, j’ai bien dérivé de ma checklist perso, alors pourquoi être revenu dessus ?

Évacuons déjà le point de la batterie, la bataille de l’autonomie semble perdue d’avance, les fabricants sont maintenant persuadés que Stockholm a fait son office et qu’on a définitivement accepté de tenir à peine une journée d’utilisation réelle d’un téléphone. Pour éviter la gronde, le mot magique est « charge rapide », et c’est ce qu’on trouve maintenant dans tous les modèles d’appareils sortis depuis un peu plus d’un an. Se battre contre des moulins à vent étant inutile, et le téléphone étant à priori équipé pour faire au moins aussi bien et certainement mieux que celui que j’ai dans les mains, j’accepte. Je suis déjà équipé d’une batterie externe de grande capacité si besoin.

LTE : Je ne prévois pas de changer d’opérateur dans les deux ans qui viennent. Pourquoi ? Parce que le forfait que j’ai actuellement me convient, que je vis sans trop de problèmes le fait de pas capter super bien chez moi (j’arrive tout de même à appeler des gens, le reste c’est WiFi power), je ne mange pas tout mon quota de data ou à peine (les vacances en Espagne vont être particulièrement pratiques pour valider ce point, même si j’ai en sus la clé 4G Free-update : faites une croix sur la vidéo, ça bouffe trop), et surtout, le point-clé, à l’heure actuelle Orange n’a déployé aucun site en 700Mhz, et n’est pas pressé de le faire puisqu’il dispose déjà d’autres bandes qui font déjà le travail, notamment dans les 800Mhz, donc pour eux pas de révolution (contrairement à Free qui n’a pas de 800Mhz et qui est bien content de pouvoir exploiter les 700 pour mieux rentrer dans les batiments). En clair, je peux me passer de 700Mhz au moins pour les deux ans à venir (du coup c’est un modèle à déconseiller aux abonnés Free Mobile).

ROM : certainement le point le plus critique selon moi, c’est d’ailleurs celui qui concentre le plus souvent mon attention, principalement la sécurité. Huawei retouche fortement Android, mais fait partie des bons élèves pour faire vivre ses appareils, et surtout les maintenir. Surtout, la version 8.0 Oreo embarquée est configuré avec Treble, ce qui doit leur permettre de mieux gérer les mises à jour futures, voire même les montées de version (pour rappel, Google continue de fournir des correctifs de sécurité jusqu’à Android 4.4…). De plus, des tests que j’ai lu aussi bien FR qu’US, la dernière version de la surcouche EMUI semble vraiment sympathique, et étant curieux de nature ben finalement pourquoi pas tenter l’aventure.

Update : malédiction, Huawei ferme le service pour obtenir le déverrouillage du bootloader. La conséquence ? Sans bootloader ouvert, pas de possibilité de changer de ROM. Je suis maudit avec les smartphones putain…

Mais il te reste des choses quand même sur ta liste ?

Ben oui, j’ai pas non plus complètement laissé de côté mes prérequis, même si j’ai fait des concessions. Commençons par le gabarit : si l’écran est annoncé monstrueux, en fait, ce modèle repousse les tailles des bordures à une taille minuscule, et surtout, l’étire en hauteur, ce qui fait qu’il est à peine plus grand que le OnePlus X :

Les boutons sur le P20 Lite (à droite) sont logiciels, donc dans l’écran. Il prend vraiment la place !

La longueur totale de l’écran est un poil limite par contre, c’est vraiment juste pour gérer de haut en bas avec le pouce. Les tristes qui n’ont que ça à penser d’un téléphone auront constaté le « Notch », ou l’encoche, à savoir que la zone avec le haut-parleur du haut, la caméra frontale, et le détecteur de présence ne prend pas toute la largeur et « recouvre » le haut de l’écran. Franchement, sachant que je n’utilise presque jamais mon téléphone à l’horizontale (à part dans Termux), j’en ai absolument rien à foutre, comme je le pense les gens devraient plutôt se battre sur l’autonomie ou la sécurité nom de dieu (en minuscule parce que je sais pas lequel jurer). Mieux, il y a une option pour masquer le haut de l’écran sur la hauteur de l’encoche, autant dire que si je rencontre des problèmes avec, j’ai de quoi contourner le problème. Il y a également une section « affichage plein écran » qui essaie de détecter les applications qui pourraient poser problème en mode plein écran, autrement dit celles qui ne prennent pas en compte l’encoche. Dans ce cas, l’application est entourée de bordures noires pour produire le même résultat, à savoir éviter les problèmes d’utilisation. Dans ce menu on peut choisir explicitement d’activer ces bordures ou pas pour chaque application détectée.

Concernant les performances, ben c’est du récent, comparé à mon X sorti en 2016 dont la puce principale remontait à fin 2014, évidemment, quad core à 2,3Ghz, plus du quad core 1.7Ghz (je cherche encore l’intérêt pour l’économie d’énergie), ça fait du bien, même si ce n’est pas du haut de gamme, les deux couples sont en Cortex A53, ça assure le boulot. Les 4Go de RAM ne sont malheureusement pas de trop vu que les développeurs sont devenus des putains de grosses feignasses qui optimisent leurs applis avec le cul. Côté stockage, je dispose de 64Go en interne, avec ma MicroSD de 32Go je ne saturais déjà pas la mémoire interne du OnePlus X, donc de ce côté-là, RAS.

Au delà de l’expérience utilisateur, j’ai indiqué que Huawei était un bon élève sur les mises à jour de sécurité, aidé certainement par Treble qui réorganise Android pour justement intégrer plus rapidement les correctifs, en tout cas c’est l’objectif que veut atteindre Google qui pousse les fabricants au cul. L’interface est effectivement épurée mais s’éloigne parfois pas mal d’Android Stock (pas de tiroir d’applications par défaut, zone de notifications custom…). Ce n’est pas si choquant, évidemment c’est une nouvelle organisation à apprendre pour certains menus, après tout, certains sont perdus sur Android Stock quand ils n’ont connu que Samsung (et pourtant Touchwizz ça a été une tannée pendant pas mal de temps, et je trouve que ça le reste encore sur plusieurs points avec leurs applis en double).

J’ai un port USB-C, fini de savoir dans quel sens brancher le téléphone, évidemment je vais devoir racheter du câble parce que j’en ai partout en microUSB dans la maison, canapé, lit, voiture, batterie externe, je vais devoir me trimbaler avec le câble principal le temps de refaire le plein. J’ai déjà géré la voiture, le bloc fait 2.4A, pour la charge rapide, appréciable et pas que pour moi, et en bonus le câble gère aussi la data (c’est pas gagné avec tous les chargeurs et tous les câbles). Côté connectique j’ai également la prise jack, pratique quand le casque Bluetooth tombe en rade de batterie 😛 Bluetooth qui n’est qu’en 4.2 et pas 5, un peu dommage mais le temps que je m’équipe sur cette norme, j’aurais probablement encore changé de téléphone d’ici-là. J’ai le WiFi AC aussi, cependant je ne risque pas de vous en parler de sitôt j’ai même pas de 5Ghz pour le wifi N sur la Freebox Mini 4k. Je n’en ai pas non plus sur le laptop, bref, faudra patienter pour les tests.

Et pour les derniers éléments à savoir, on a deux objectifs pour l’appareil photo au dos avec flash led, du NFC que je me suis empressé de désactiver, et le lecteur d’empreintes qui est d’une simplicité déconcertante à configurer, et qui fonctionne incroyablement bien et vite : à peine effleuré la zone avec un des doigts configurés, l’écran est déverrouillé. En tout cas, il est placé à un endroit qui ne me déplaît pas, en central à l’arrière il tombe bien sous le doigt. Si vous êtes lecteur depuis longtemps ici j’avais évoqué le cas d’un Acer de dépannage qui avait son bouton de verrouillage à cet endroit, et j’avais aimé ça. Bonus, ça détecte également les mouvements, je peux dérouler les notifications en slidant vers le bas.

Qu’est-ce qui t’a fait chavirer avec un tel constat finalement ?

C’est con, mais en fait, j’ai pu voir et avoir le téléphone dans les mains et l’essayer pendant plusieurs minutes en magasin, je connais donc son poids, sa taille, et j’ai pu juger de la qualité de l’écran, la réactivité du tactile, de la relative faiblesse du haut parleur (dans le magasin c’était pas un truc de ouf). J’avais entièrement fait confiance aux articles quand j’ai acheté le OnePlus X, tout comme j’avais fait confiance aux articles pour le HTC One S. Cette « expérience » m’avait donné envie de jouer différemment cette fois. Et en plus, j’achète dans une boutique physique en France, qui ne coche pas par défaut l’envoi de pubs sur SMS ou mail mais seulement la facture au format numérique (coucou Conforama, prenez des cours), le téléphone n’est pas verrouillé opérateur, c’est la version d’origine constructeur. J’ai pu également comparer avec d’autres appareils dans la même gamme de prix, et avec d’autres moins chers mais aussi plus chers. Bref, on a l’impression d’acheter en meilleure connaissance de cause qu’avec de simples descriptions et photos, même si les éléments liés à l’autonomie ou les détails du SoC sont plus appréciables quand ils sont connus et testés avant l’achat (car on sait que la capacité de la batterie ne fait pas tout, pareil pour la fréquence CPU). Le fait est que j’ai pu lire directement les specs avec mon OnePlus X dans le magasin, merci GSMArena, et vérifier en détail les points faibles des modèles que j’ai comparé. Pour compléter l’équation j’avais déjà pu apercevoir dans le passé la qualité de finition des modèles précédents, on utilise des P8 Lite au boulot pour les téléphones d’astreinte.

Et alors, t’en est content ?

Je l’ai acheté juste avant de partir en vacances, j’ai pu tester l’écran sur le terrain en Espagne. En très fort soleil, le LCD fait un peu moins bien que l’AMOLED, mais sinon, il est de très bonne qualité et reste lisible. J’ai peut-être les yeux fatigués, les réglages de couleurs par défaut ne m’ont pas choqué plus que ça, on voit quand même la différence côte à côte, mais si vous voulez corriger ça, il y a des réglages possibles dans les options, c’est plutôt appréciable.

Pas de bol par contre, le téléphone ne voit pas mon point d’accès WiFi si je masque le SSID, c’était déjà le cas du X. Pour reparler du laptop, le MTP fonctionne correctement sous Linux et rapidement (un problème récurrent avec les fabricants qui ne respectent pas les normes), j’ai pu transférer toutes les données sans gros problème, et comme pour tous les déménagements, j’en ai profité pour faire un peu de ménage.

On se fait vite aux spécificités de l’interface, on sent rapidement qu’elle n’est pas là pour vous mettre des bâtons dans les roues. J’étais un peu gêné par l’absence du tiroir d’applications, avant de découvrir qu’on pouvait le rétablir dans les options (c’est au fur et à mesure que je découvre les pépites d’EMUI). Il y a des choses qui semblent bien pensées, d’autres moins. Les menus de permissions sont devenus un vrai bordel par rapport à Android 6, j’ai désactivé beaucoup de choses qui me semblaient peu pertinentes, mais l’application galerie par exemple ne fonctionne plus parce qu’elle n’accède plus au micro. Vous chercherez à comprendre pourquoi, moi j’ai lâché l’affaire et installé Leafpic.

Tiens d’ailleurs, j’ai tenté une aventure : me passer de mon compte Google, et d’utiliser le combo F-Droid + Yalp pour pouvoir exploiter les applications open-source et celles du Play Store. Le problème c’est qu’au moment de l’installation la version présente dans F-Droid de Yalp est pétée à cause de mises à jour sur la sécurité TLS. Une fois passé ce blocage (on install l’apk corrigée depuis Github), jusqu’ici je n’ai pas rencontré de souci particulier, mais il faut dire que les services Google Play sont déjà présents sur la bête, contrairement à certains modèles chinois qui ne sont pas validés par Google. J’y reviendrai tout à l’heure.

Concernant la couverture réseau, j’arrive à capter mieux chez moi qu’avec le OnePlus X, mais vraiment : là où j’accroche à peine du edge, je descend rarement sous la 3g, c’est le jour et la nuit, même si la puissance du signal est bien faible, là je peux rester à mon bureau et appeler quelqu’un quand la voix coupait tout le temps. Dans la majorité des cas là où ça coinçait avec le X, ça fonctionne avec le P20 Lite, et j’accroche plus souvent la 4G ce qui est appréciable.

Avec mes usages actuels, la batterie tient pratiquement deux jours, merci justement l’accroche réseau qui fait que j’étais capable de perdre 10% entre le moment où je le débranche en me levant, et le moment où je pars de chez moi, soit environ une heure. Pour situer, avec 1h de podcast/musique plus jeu/écriture le matin et le soir, plus la lecture de RSS le midi, une fois arrivé à la maison le X affichait péniblement 20% de batterie. Je viens de faire l’essai avec le P20 Lite j’ai 70%. J’ai joué pas mal avec avant d’aller me coucher, il reste 54%. Certes ce n’est pas à PUBG que je joue… Il y a cependant quelques tâtonnements : la gestion des applications en arrière-plan est particulièrement agressive, VLC se fait couper la chique par défaut quand je verrouille l’écran. J’ai du me rendre dans la gestion des applications, passer la gestion de VLC en mode manuel, et laisser activé la plupart des options. Mais ça ne suffit pas toujours et plusieurs applications peuvent subir les foudres du gestionnaire d’énergie. J’ai par exemple dû « déverrouiller » l’application SNCF pour avoir les notifications de trafic…

L’appareil photo… Ben disons qu’il est correct, il est plus réactif que le OnePlus notamment sur l’autofocus, du coup je rate moins souvent une photo (moins de flous), il se paie le luxe de faire de meilleures vidéos que la GoPro, il s’en sort aussi un peu mieux en faible luminosité. Pour vraiment voir le résultat, autant vous rediriger vers le test d’FrAndroid, y’a également le reste qui est abordé.

Maintenant, y’a deux ans d’écart entre les deux, on peut soupçonner OnePlus d’avoir également puisé dans des composants éprouvés donc ça pourrait être plus que deux ans, on a fait pas mal de progrès de ce côté-là, aussi bien des progrès logiciels que des capteurs et des optiques. L’appli photo/vidéo du P20 Lite est assez différente de l’appli Android Stock ainsi que de l’appli OnePlus. Et là j’ai un reproche à faire aux appareils qui embarquent plusieurs objectifs : le boulot de composition des éléments récupérés par les deux capteurs sont à la charge de l’application, mais il n’y a pas de standards pour ça, car chaque fabricant va créer une recette différente en fonction de la finalité (ajouter un meilleur zoom, améliorer la 3D, mieux gérer la lumière, le HDR…). Moralité, c’est pas évident de pouvoir utiliser une application photo tierce tout en tirant le meilleur de l’installation. Ce qui veut dire que lorsqu’on voudra prolonger la durée de vie du bigophone, son utilisation complète et optimale sera plus ardue (déjà qu’il faut se battre avec les pilotes propriétaires…).

J’ai expliqué plus haut vouloir faire l’expérience F-Droid + Yalp. Ça fonctionne bien une fois les premiers tâtonnements écartés, le problème de version réglé, mais c’est tout de même moins fluide qu’avec le play store qui peut tout vous faire automatiquement, là, comme on télécharge les packages avant de les installer, il faut à chaque fois autoriser l’installation même des mises à jour. J’ai également du faire quelques réglages et exclusions, des applications installées via F-Droid qui sont aussi présentes sur le Play Store (je pense à Telegram entre autres). L’organisation des pages dans l’application est assez nébuleux pour moi pour l’instant, un peu comme F-Droid où pour afficher la liste des applications installées il faut se rendre… Dans les options. À part Radioline les autres applications fonctionnent correctement, en ayant désactivé pour beaucoup pas mal de permissions. Ceci dit la galerie par défaut embarquée n’a pas aimé du tout, en même temps depuis quand une application de galerie doit pouvoir accéder à mon micro et au GPS ? En gros, ça fonctionne, mais une fois de plus c’est une configuration que je ne recommanderai pas à un débutant du smartphone, ce n’est pas encore assez fluide/naturel (c’est mieux si on root, mais je ne rooterai pas le téléphone d’un débutant).

Donc oui je suis particulièrement content de ce téléphone, sur à peu près tous les points que je voulais corriger avec mon ancien pavé.

Et le OnePlus X t’en fais quoi ?

Il va passer à la moulinette Lineage, à savoir lui donner une seconde jeunesse logicielle avec une version plus récente d’Android. Certes on ne dispose que de versions nightly, donc potentiellement instables, et ça repose sur un bricolage entre le noyau Android 6 et le reste d’Android 7 à cause du fabricant, Qualcomm, qui a dit fuck sur les pilotes de sa puce pour les versions plus récentes de l’OS de Google. Quand on sait qu’Nvidia fournit encore des pilotes graphiques pour du matériel vieux de 10 ans… N’empêche que question sécurité ça sera toujours plus propre qu’un téléphone à poil depuis plus d’un an et demi.

Une fois que je serais satisfait de cette cure de jouvence, j’hésite entre le revendre à pas cher pour le principe et le donner à quelqu’un qui aimerait en avoir un sans en avoir les moyens. Parce que malgré ses faiblesses c’est un téléphone qui n’est jamais tombé en panne, dont l’écran est nickel (c’est encore la protection d’origine sur l’écran, qui était d’ailleurs pré-installée), dont la batterie commence certes à vieillir, mais quand vous n’avez pas payé pour… Je le conseille quand même à quelqu’un qui a une bonne couverture réseau autour de soi. Donc si vous êtes à la recherche d’un smartphone 5 pouces full HD et que vous n’avez pas de gros moyens, bippez-moi on devrait pouvoir en faire quelque chose 🙂

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Seboss666LolYangccool Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
LolYangccool
Invité

Salut !
Quel est l’outil qui te permet d’avoir ton agregateur RSS en ligne sur un sous domaine ?