Manjaro Linux chez moi, soufflons la première bougie

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 4 ans 3 mois 21 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

Cela fait maintenant un an (pas jour pour jour, mais pas loin je pense) que j’utilise exclusivement Manjaro Linux au quotidien sur la seule machine fonctionnelle pour l’instant, mon laptop dont vous connaissez même la beauté intérieure. J’avais fait un petit point après deux/trois mois, mais il s’en est passé des choses depuis, en bien comme en mal. J’ai encore plus modifié certaines habitudes, j’ai gagné un peu de « skill », je me suis fait peur aussi… Tout pour ne pas s’ennuyer quoi 🙂

Toujours la même installation avec le même bureau

Donc, je n’ai pas bougé d’un iota concernant la distribution ou le bureau. C’est toujours Manjaro, et j’en suis très, très content, avec KDE4 aux commandes, bien qu’il aie connu des évolutions, parfois malheureuses, au niveau de certaines applications entre autres qui laissent simplement tomber KDE4 pour se tourner vers la nouvelle version, pétant l’intégration visuelle bien comme il faut.

Du coup, je me suis attelé à faire évoluer ce visuel qui ne m’a jamais vraiment attiré: le thème Oxygen (pas pour les décorations de fenêtres, qui me plaisent vraiment bien avec leur légère transparence, comme sous Windows 7) est remplacé, pour KDE, par Breeze. J’opte pour le jeu de couleurs sombre, par contre, comme Breeze n’existe que pour KDE, les applications GTK en restent à Oxygen. Les couleurs masquent un peu « la misère », et tout fonctionne bien. Vous avez pu apercevoir ce thème sombre dans la vidéo sur Thunderbird.

Du côté de l’utilisation de KDE, j’ai fini par me faire à certaines subtilités (le switch d’app à la souris en poussant dans le coin, c’est tellement classe). J’avais viré les bureaux virtuels pour n’en garder qu’un, j’en ai rajouté un, avec l’applet dans la barre des tâches ou le raccourci clavier pour switcher, ça me convient parfaitement.

Je vais encore une fois déclarer mon amour pour Yakuake. Cette console à onglets déroulable avec une seule touche (F12, ce qui oblige à ouvrir les outils de dev de Firefox d’une autre manière, mais peu importe), c’est du pain béni. Du coup, il m’est très facile de procéder à certaines opérations en un coup de cuillère à pot, parfois plus rapidement qu’avec la souris. Du style, lorsque vous avez un dossier de fichiers M4A, que vous convertissez en MP3 avec mon script pour les FLAC légèrement adapté, les ranger dans un dossier se fait en une seule ligne, très simple et rapide à écrire. Le temps de faire un clic droit, sélectionner « créer un nouveau->Dossier », remettre les mains sur le clavier pour saisir le nom du dossier, reprendre la souris pour essayer de sélectionner les fichiers MP3, puis les glisser dans le dossier; c’est beaucoup, beaucoup trop long.

Et je n’évoquerais pas le fait que pas mal de choses peuvent être faites avec des commandes toutes simple, super rapidement, sans avoir à ouvrir une application avec cinquante boutons et autres champs de formulaire ouvrant des sélecteurs de fichiers. Par exemple, se connecter à ses serveurs lorsqu’une mise à jour tombe dans les flux RSS. F12, sshvox, maj, [ENTREE], voilà tout ce que j’ai à saisir pour lancer la mise à jour de la vm qui héberge le blog. Essayez de faire plus rapide 😛

Dans la liste des trucs tellement simples qu’on a du mal à s’en passer, le lanceur Krunner, qu’on appelle avec Alt+F2, permet d’afficher directement le résultat d’un calcul que l’on saisit, sans même lancer la calculatrice. Il vous trouve souvent aussi votre application en à peine deux lettres saisies, ou vos fichiers récents. Pour ces deux derniers cas, vous avez la même chose dans le menu démarrer de Windows, mais là, c’est plus rapide, instantané.

retrospective-krunner

D’un simple raccourci clavier…

Dernier petit raffinement, que j’avais évoqué dans les points forts de Linux : j’ai opéré une légère modification pour ajouter une antenne Wifi et changer la carte Atheros par un module Intel. Quand j’ai redémarré, la carte a été directement utilisée, avec le même nom en plus, ce qui fait qu’à peine démarré, la carte était utilisé et connectée à mon réseau maison. Essayez de faire ça avec Windows…

Une stabilité à toute épreuve, ou presque

Un seul plantage en plus d’un an, ça fait rêver hein ? C’est en effet le bilan qu’on peut faire de la stabilité matérielle de ma machine. Et encore, quand ça a viandé, en fait j’avais toujours en partie la main, juste le serveur graphique qui avait décidé de faire grève parce que je voulais faire un clic droit sur l’icône de Steam. Un Ctrl+Alt+F2, un login et un sudo reboot plus tard, j’étais reparti au front, en moins de vingt secondes. D’autant qu’une partie des applications étaient « sauvegardées », c’est à dire qu’il me les a relancé au démarrage, après le login. Et ce n’est arrivé qu’une seule fois. Si c’est pas beau ça…

J’ai fait joujou avec plusieurs noyaux, et le seul qui m’a réellement posé problème n’est pas resté longtemps. Et encore, le seul problème avec était au niveau de la mise en veille. C’est un gros plus par rapport à d’autres distributions plus « statiques », qui restent figées dans un état. Là, j’ai pu gagner légèrement en autonomie avec un noyau plus récent, malgré une batterie réellement vieillissante. Et je peux tester facilement, sans avoir à tout compiler à la main, ou tout casser, d’autres noyaux qui pourraient m’apporter des choses. D’ailleurs, je compte redémarrer bientôt sur la version 3.18 dans quelques jours, maintenant qu’elle est passée LTS (si ce n’est pas déjà fait entre l’écriture et la parution du billet). C’est moins utile avec du matériel vieux de sept ans, mais les possesseurs de cartes graphiques, notamment AMD, voient chaque nouvelle version leur apporter de meilleures performances ou une meilleure gestion de l’énergie. Et le tout très simplement.

retrospective-kernel

Mais même sans gros plantage, tout n’a pas été toujours très « fluide ». J’ai déjà évoqué le fait que certaines applications semblaient « casser » avec leurs nouvelles versions, mais en un an, j’ai eu aussi une régression de performances du pilote graphique Intel (corrigé, après mises à jour), un gros, gros souci, généralisé à tous les utilisateurs de Manjaro, au niveau de la reconnaissance des imprimantes (une correction est possible), un problème avec la traduction de KDEnlive, le logiciel de montage, qui a fini dans un mix français/anglais/russe inutilisable (la correction était simple, mais pas à portée de n’importe qui non plus), Dpluzz qui ne fonctionne plus (pas grave, youtube-dl s’en sort très bien avec, même sous Windows), et un ou deux autres « quirks » que j’oublie probablement.

Mettre à jour en permanence l’immense Lego qu’est une distribution Linux n’est jamais anodin, et pourtant, malgré ces anecdotes, la majorité des mises à jour successives se sont déroulées absolument sans encombres. Et beaucoup de vagues de mises à jour ne demandaient même pas de redémarrer, si c’est pas cool ça (hein Windows ?). Ceci dit, pour la petite anecdote, j’ai cru qu’un Windows Server 2008 R2 tout neuf m’avait pété dans les mains simplement en faisant les mises à jour Windows Update, alors…

J’en suis devenu contributeur

Je ne suis pas un développeur de la mort, mais je ne voulais pas rester inerte et je voulais apporter ma petite pierre à l’édifice Manjaro. Je vais éviter de m’épandre sur la fermeture brutale de manjarofr.com, pour rester poli. Maintenant je traîne très souvent sur le forum international et sur le canal IRC #manjaro-fr sur Freenode. Donc si les gens ont besoin d’aide, je fais partie de ceux pouvant les guider, le tout en anglais cependant. Il existe malgré tout une section pour parler dans d’autres langues, donc le français. Sinon passez sur l’IRC, y’a des gens sympas en plus (dont le mainteneur de la version LXQT de la distribution).

Et puis il y a plusieurs semaines maintenant, j’ai intégré l’équipe de traduction de Calamares, qui est le programme d’installation qui sera à l’œuvre à partir des versions 0.9 de la distribution (et dans d’autres distributions aussi, puisque Calamares est un projet « agnostique »). Techniquement, il est déjà fonctionnel, des images d’installation « de test » existent pour vérifier que tout va bien, et une partie des phrases affichées à l’écran ont été traduite par votre serviteur. D’ailleurs, Fred Bezies m’avait épinglé pour certains manques lorsqu’il avait abordé une des pré-versions, comblés par un autre contributeur depuis.

retrospective-calamaresJ’ai aussi terminé la traduction française de l’installateur actuel Thus, qui est toujours en service le temps que Calamares soit terminé.

Et évidemment je continue d’écrire ici sur des astuces qui parfois, notamment en ce qui concerne Systemd, ou Youtube-dl, sont testées sur mon installation. C’est aussi sur ce laptop que j’ai écrit les premières lignes de Domohouse, et récemment mis à jour la présentation de Collect, avant d’en reprendre le développement dans un futur plus ou moins proche. C’est aussi cette machine qui m’a servi (modulo la capture son) pour vous proposer une première vidéo. Je suis aussi en train d’essayer de faire revivre le laptop encore plus vieux que le mien d’un très, très bon ami, celui qui a restauré récemment sa NES. Mais ce coup-ci, c’est en version XFCE, beaucoup plus « conservateur », qu’il évolue.

« Et c’est pas fini »

Mine de rien, j’en ai fait des choses avec ce bousin en un an. Je mange, bois, respire logiciel libre plus que jamais (ce laptop n’a besoin d’aucun pilote propriétaire, ce qui est très, très appréciable), ça donne envie d’en faire toujours plus. J’ai plusieurs idées de vidéos  (j’ai lancé un sondage sur Twitter pour la prochaine, on verra bien le résultat), pareil pour les articles, notamment de vulgarisation, même si j’ai un peu de mal à en finaliser certains proprement. Et vous savez que rien ne sort tant que ça ne me plaît pas. Si je peux, je continuerais à sauver des ordinosaures sous Windows XP grâce à Linux. Et je continuerais à partager mes expérimentations dans les domaines qui me plairont.

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Seboss666TheForeignAgentSeboss666Eric Granier Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Eric Granier
Invité
Eric Granier

Salut, je viens tout juste de passer sous Manjaro après deux années sous Debian et ses dérivées puis avec des distributions à base de RPM (SUse, Fedora/ViperR, Magéia). Avec Manjaro, je galère beaucoup sur AUR pour le moment (les habitudes « logithèques » sont biens enracinées) . Je suis dans une phase d’apprentissage à la fois difficile mais passionnante qui me rappelle mes débuts sous GNU/Linux : AUR est fascinant et très puissant, ça donne envie d’y passer du temps. En tout cas ton billet est très motivant et je pense rester sous Manjaro un bon bout de temps. https://ericgranier84.wordpress.com/

TheForeignAgent
Invité

Hello Seb, je viens enfin de parvenir à installer Manjaro sur mon portable, je te montre ça demain…
Bonne soirée
TheForeignAgent