Quels outils de backup pour chez moi ?

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Maintenant que je viens enfin de me rééquiper d’un NAS, dont je vous parlerai dans pas si longtemps que ça, je vais enfin pouvoir sereinement attaquer la première étape de mon plan de sauvegarde : celle en local de mes données les plus importantes. Mais mon parc personnel est diablement varié. Quelles sont donc les pistes dont je dispose, et surtout, pourrais-je choisir un outil fiable et surtout agréable et abordable que je pourrai conseiller à d’autres en fonction de la cible ?

En effet, l’inventaire fait à l’œil me donne les appareils suivants : un laptop sous Manjaro Linux, un Chromebook sous ChromeOS+Crouton (Ubuntu 14.04 pour l’instant), un gros pc fixe de jeu toujours sous Windows 7, un Raspbery Pi sous LibreELEC, un microserveur sous Proxmox avec des VM Debian, un smartphone sous Android. Ouf. Je pourrais éventuellement rajouter la PS4, mais celle-ci ne me laissera pas facilement lui injecter un outil de sauvegarde automatisé autre que le « cloud » PlayStation, ce que je me refuse à faire pour l’instant (pourtant j’accepte celle sous Steam…).

Bref, ça fait déjà du monde, et je me demande s’il est possible de sélectionner un outil qui soit agréable, dans le sens utilisable graphiquement et simplement, quelque soit la plateforme, afin de pouvoir ensuite conseiller ces outils au plus grand nombre (et principalement les gens que je rencontre au Premier Samedi).

Voyons donc par appareil comment ça se passe.

Proxmox et ses VM

Là, c’est diablement simple : j’ai créé un partage NFS sur le NAS à qui j’ai donné l’accès exclusif à Proxmox, pour qu’il pose toutes les sauvegardes des VMs que j’ai sélectionné (toutes pour l’instant, mais il n’y en a que 3…). Je fais une sauvegarde par semaine (bien plus que suffisant, étant donné le peu de modifications que j’effectue) et je garde trois semaines. La sauvegarde se fait en mode snapshot (merci LVM), et Proxmox fait une image complète à chaque fois, ce qui sera à surveiller dans le temps (consommation de plus en plus élevée en fonction des besoins, même en limitant la rétention).

Windows

Un de mes collègues administrateur Windows étudie actuellement un moyen, pour un client, de dépasser les durées de rétention habituelles que l’on propose en matière de sauvegarde. Lors de ses recherches, il est tombé sur un outil gratuit et particulièrement bien présenté, Iperius Backup. Ce coup-ci on sélectionne les dossiers à récupérer (que je conserve déjà sur un disque à part du disque système, j’ai pu l’expliquer il y a très longtemps dans un billet qui est toujours d’actualité), la destination, la fréquence, l’heure de déclenchement, bref, un classique, mais il est plaisant à l’œil.

En alternative moins jolie et potentiellement moins abordable (sans rogner sur les fonctionnalités), il y a Bacula. C’est de plus un outil multiplateforme, donc il pourrait être envisagé dans l’hypothèse de préparer quelqu’un à changer d’OS tout en retrouvant ses outils préférés, à l’image d’un Firefox, d’un VLC, d’un LibreOffice, bref, de tous les outils qui font que l’on a pas pas trop de choses à réapprendre en changeant d’environnement.

Chromebook

Cet appareil compact bien pratique pour lequel je n’ai pas encore trouvé de solution à la suppression de ChromeOS n’est pas vital, dans le sens où l’environnement que j’ai posé dessus est strictement identique à celui sous Manjaro (fichier bash perso, dossier SSH, profil Firefox Sync et mail Thunderbird). Donc pas besoin de le sauvegarder, le rétablir dans un état fonctionnel n’est pas un problème.

Manjaro

Et bien c’est compliqué. Les outils sont légion sous Linux, et sont très puissants, mais très souvent, c’est de la ligne de commandes pas vraiment user-friendly (Veeam for Linux semble être à mi-chemin avec son interface de type ncurses).

Je n’ai pas nécessairement besoin de faire une image bit à bit, une réinstallation régulière ne fait de toute façon jamais de mal tellement je peux installer de choses inutiles avec le temps (j’en ai eu dernièrement l’occasion justement en testant des choses pour cet article). Donc à part quand même une liste de paquets et éventuellement le /etc pour quelques configurations modifiées manuellement c’est principalement le contenu du /home qui compte. Étant donné sa taille pas question de faire du full, il me faut soit de l’incrémental soit du différentiel.

Et évidemment, si je pouvais transmettre via SSH (au travers de mon rebond) ça serait le top, mais à la limite, pour cet usage très spécifique je pourrai tenter sshfs, après ça reste d’abord mon besoin et mes compétences vont avec, je m’adapterai.

Il semble que DejaDup permette de couvrir la plupart de ces besoins. Il est packagé pour la plupart des distributions, l’installation est donc diablement facilitée. L’interface est de plus diablement simple ce qui est toujours plaisant à montrer aux personnes qui pourraient être concernées dans un certain avenir. Il fait de l’incrémental, permet de planifier (je laisse souvent le laptop allumé la nuit, puisqu’il sert de « chargeur » à mon téléphone). On choisit les dossiers à sauvegarder, d’éventuelles exclusions, on choisit la fréquence, la destination, les menus sont clairs, il est très facile d’apprendre à l’utiliser.

Comme j’ai dit pour Windows, Bacula est également une alternative que vous pourriez envisager.

Android

Mon choix reste pour l’instant sur Super backup (traduit Super sauvegarde sur Google play). Il est gratuit, pas très beau, en anglais mais les boutons sont clairs et ça juste marche. La sauvegarde est cependant locale (les seules options distantes sont Gmail et Google drive…), je n’ai pas trouvé d’outils légers et si possible gratuits pour déporter automatiquement la sauvegarde. Car oui je n’utilise pas les outils de synchro de gogol pour tout coller dans ses nuages. A la rigueur si j’arrive à mettre en place un Nextcloud je pourrai éventuellement passer par là et donc m’occuper de sauvegarder les données de l’instance Nextcloud plutôt que le téléphone lui-même, ça résoudra la question du transfert.

En tout cas, l’outil a évolué depuis le début de mon utilisation, en fouillant les options pour cet article j’ai découvert qu’on pouvait planifier et contrôler le nombre de sauvegardes des éléments, et ce pour chaque élément pris en charge par l’application : SMS, contacts, calendrier, historique d’appels…

Et du coup, quid du NAS ?

Oui, si le NAS devient le centralisateur des sauvegardes, je prend le risque de tout perdre d’un coup en cas de foudre, de mort prématurée des disques, que sais-je encore (un raid ne vous protège pas de tout, j’en ai fait l’amère expérience il y a deux ans). Et si je n’irai pas au bout de la logique du 3-2-1 comme le prône Genma (qui a raison dans l’absolu), il faut au moins que je déporte une partie de tout ça à l’extérieur.

Ce qui implique solution de stockage en ligne et chiffrement des données, pour être le seul à pouvoir intervenir sur mes données. Une réflexion qui n’est pas encore aboutie et que je dédie à un billet dédié, car le sujet est très intéressant, mais risque de déboucher sur une solution évidemment technique qui sera hors de portée de beaucoup de monde. Ce qui serait bien dommage.

9
Poster un Commentaire

avatar
8 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
3 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
9 Auteurs du commentaire
tuk0zgarfiFatBoyFloBob l'expert Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Balistic
Invité
Balistic

Bonjour, Pour Android, j’utilise une manière un peu détournée : je synchronise les dossiers du smartphone avec mon PC via Syncthing. Et ces fichiers sont alors automatiquement sauvegardés lorsque j’effectue la sauvegarde du PC. Défauts : Syncthing ne prend toujours pas en charge la carte SD (apparemment, la faute au language Go). Les messages et les données des applications ne sont pas non plus sauvegardées. Je suis intéressé si tu trouves une solution qui te satisfait. De mon côté, j’utilise Unison car c’est très visuel et rassurant : on voit exactement ce qui va être enregistré avant de valider. J’ai… Lire la suite »

tuk0z
Invité

Mêmes outils ici sur des machines propulsées par GNU/Linux et Google (Android, ChromeOS). Syncthing fonctionne bien y-compris sur et depuis les cartes SD (Android 4 qqch). Unison (ou un bon rsync via ssh) s’il faut une synchro immédiate. Et rsnapshot sauvegarde tout ce beau monde (sauf ChromeOS) incrémentalement via push, vers un Framboise v3 sous OpenMediaVault (Debian 8).

Matth
Invité
Matth

pour ma part pour Windows, j’utilise Veeam backupFree
https://www.veeam.com/fr/virtual-machine-backup-solution-free.html
https://www.veeam.com/fr/windows-endpoint-server-backup-free.html

Du un parce que j’ai une licence NFR pour mon vCenter (mais hors sujet) et de deux parce qu’il fait le boulot correctement et gratuitement !

Anthony Pena
Invité
Anthony Pena

Je suis pas un très bon élève en terme de sauvegarde mais je m’améliore. Comme @Balistic j’utilise SyncThings. Je m’en sers entre mes pc sous linux et mon smartphone android. L’interface est plutôt intuitive et ça marche bien je trouve, même pour des volumes moyens (j’ai synchro 30Go/3000 mp3 sans soucis). Unison j’ai testé à une époque mais il me cassait mes profils de synchro à rythme régulier donc j’étais obligé de refaire mon profil quasi à chaque synchro ce qui perd tout son intérêt. Sans compter que le temps de scan et comparaison est juste dans fin dès qu’on… Lire la suite »

Nrvnqsr
Invité
Nrvnqsr

Bonjour, Pour de la sauvegarde fichier -> cloud tu peux utiliser Duplicati, c’est du C#, Windows et unix, Déduplication, sauvegarde incrémentielle, headless + interface web, et crypto fichier ( AES-256 en natif, ou GPG en plugin que je t’avoue ne pas avoir testé ). Il sait envoyer des notifications par mail ou http 🙂 Pour les unix il y a d’autres solutions sympa, comme Bacula que tu as noté, son fork BareOS, BURP, BackupPC ( qui fonctionne a « l’envers » le serveur de stockage va extraire les données sur tous les clients) et UrBackup, mais qui ne sont pas adaptées en… Lire la suite »

Bob l\'expert
Invité
Bob l\'expert

Salut ! Moi j’utilise Duplicati depuis quelques temps, il fonctionne plutôt bien (Linux et Windows, 200 Go de sauvegardes). Pour moi les 2 principaux avantages sont l’utilisation de plusieurs backends (disque, ftp, cloud, etc.) et le chiffrement à la volée. Il dispose d’une ihm web qui permet de créer et scheduler les backups. Seul bémol il nécessite Mono pour fonctionner sous Linux …

Flo
Invité
Flo

Pour Android, quand j’avais des Gapp, j’utilisais titanium backup (marche plus) et foldersync qui me permet d’allumer le WiFi et de sauvegarder sur mon dédié.
Pour Linux duplicati 2 c’est vraiment pas mal, je trouve çà plays facile et plus clair que dejaup ou autre mais surtout y’a du chiffrement de dispo. Par contre j’ai souvent des soucis qui remontent.
Pour Windows iperius backup est top mais dyncbackfree permet plus de réglages.
Pour le Nas ça depends, pour synology y’a hyperbackup + serveur rsync, faisable avec un bon tuto. Et complément je sauvegarde le nas sur un ordi disque réseau.

FatBoy
Invité
FatBoy

Sur Android avec l’accès root, j’utilise Titanium Backup pour les sauvegardes. Elles sont planifiées et s’exécutent automatiquement la nuit. Une synchronisation s’effectue ensuite sur Google Drive. Qui plus est, je synchronise automatiquement les photos sur le NAS Synology avec l’application DS File. Super Backup, je l’ai installé mais pas encore testé… Sur Linux, j’ai testé Duplicati mais je n’en suis pas totalement convaincu. Bien sûr l’interface graphique web est conviviale, il y a possibilité de chiffrer automatiquement les fichiers, etc. Néanmoins, il m’a généré quelques erreurs ci et là dans les logs sans toutefois que ce ne soit très clair…… Lire la suite »

garfi
Invité

Si je peux en rajouter une couche:
J’ai aussi syncthing sur le serveur à la maison et sur un serveur distant.
Du coup je croise les backup, le home de mon laptop est aussi sauvegarder en wifi, j’utilise syncthing et ensuite je mouline avec deja-dup pour chiffrer et j’exporte tout sur le syncthing distant.

Pour les téléphone, simplement nexcloud avec l’application foldersync sur le serveur distant.
Je rapatrie ensuite les données sur mon serveur local avec syncthing.

Solutions, solutions quand tu nous tient