OpenELEC, LibreELEC, OSMC, mais c’est devenu le bordel ma pauvre dame !

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Ai-je besoin de rappeler tout le bien de ce que j’ai pensé de ma découverte d’OpenELEC il y a de cela maintenant deux ans, avec un Raspberry Pi première génération ? Si le Pi a depuis changé de fonction, pour l’instant de sonde telegraf pour la connexion de ma maman (mais ça va bientôt évoluer), je n’ai pas abandonné l’idée. Et maintenant que je suis fraichement installé chez moi, je me suis naturellement équipé d’une TV et d’un Pi 3 qui doit remplir les mêmes fonctions.

Mais côté logiciel, c’est devenu un enfer pour s’y retrouver. Enfin pour moi ça va, mais comme on dit, l’enfer, c’est les autres…

OpenELEC est toujours vivant

Certes l’activité ne semble pas transcendante (la section news fait état d’une 7.0 beta au mois de mai, et rien depuis), mais au moins tout date de cette année. Et j’imagine que la solution est toujours aussi fiable, avec Kodi aux commandes, rien d’étonnant.

Pourquoi je me suis inquiété de sa situation ? parce que depuis LibreELEC est né.

Encore un fork, ça devient une manie…

LibreELEC est un fork d’OpenELEC. Pour résumer, une partie des personnes qui contribuent étaient mécontentes de la conduite du projet (gouvernance, délais de publication, choix des partenariats permettant de faire rentrer un peu de sioux), et donc un dérivé est né. L’originalité aidant (think OpenSSL et LibreSSL), LibreELEC est né.

Et en effet, pour l’instant il semble que les mises à jour soient plus fréquentes. Pour être honnête, je ne l’ai installé que par curiosité. Au final comme c’est toujours Kodi aux commandes, je ne sens pas trop la différence avec l’original. Autrement dit, les différences sont principalement sous le capot et au niveau de la vitrine (le site web).

Donc à voir si le projet tient la route longtemps, et si le fork est vraiment le bon choix.

Et encore un autre ?

Après en avoir discuté notamment avec Arowan, lui me conseille un autre challenger, OSMC. Pour être honnête, maintenant que LibreELEC est installé et qu’il fonctionne super bien, je ne le testerai pas. Il semble par contre mieux à même de propulser le Pi première génération, qui est un véritable fléau il est vrai en termes de performances, malgré les qualités que j’ai pu lui trouver.

OSMC est lui aussi basé sur Kodi, donc au final tout le monde utilise la même interface, avec les mêmes possibilités, notamment en matière de plugins (en passant, sur le Pi 3 le plugin Youtube est utilisable, pas comme sur le Pi 1). Cependant, la base du système ne semble pas être la même, et les concepteurs se seraient tournés vers Debian, quand les autres utilisent la même micro-base (qui suit le principe jeOS), toujours évidemment basées sur un noyal Linux. Ce n’est donc pas un fork à proprement parler cette fois-ci.

Il est indiqué qu’il est soutenu par une communauté d’utilisateurs et de développeurs, mais la marque est enregistrée par une société, et le financement de tout ça semble se faire sur la base d’un appareil vendu avec OSMC préinstallé, le Vero 2, qui semble un poil supérieur au Pi 3 (notamment sur le support matériel du décodage H265, codec roi de la « 4K », qui fait défaut au Pi 3). A 110€ il est peut-être intéressant, les frais de ports sont offerts, et vous n’avez qu’à le brancher, et l’utiliser, enfin c’est la promesse. Pour avoir un Kit Pi 3 avec alim+pi+boitier+carte sd qui m’a couté 75€ avec les frais de ports, ça me semble honnête comme plus-value.

Bon alors lequel tu conseilles ?

Eh ben c’est ça le problème, quand on veut promouvoir une solution, il faut être sûr de son coup, parce que forcément, si jamais le moindre pépin survient, c’est forcément vers vous qu’on va se tourner; c’est con, mais c’est comme ça, demandez à Cyrille et ses innombrables installations de Debian au fil des années. Et là, il m’est bien difficile de me prononcer. Je continue à dire que mon expérience initiale d’OpenELEC était très bonne, même si j’étais conscient des limitations notamment du Pi lui-même. Même après que les mises à jour auto ne fonctionnaient plus, il n’a pas démissionné pour autant, et le fait d’être derrière une box n’en a pas fait un candidat facile d’accès pour un botnet. Et je pense qu’il en sera de même avec les autres challengers.

Pire, les trois utilisent finalement la même interface graphique, à savoir Kodi, qui lui heureusement semble pour l’instant épargné par ces conneries de fork à tout va qui pullulent depuis quelques années dans le monde du logiciel libre. Il est donc compliqué de dire à quelqu’un qu’il faut prendre plutôt celui-là qu’un autre, quand la démonstration est strictement identique dans tous les cas. La valeur ajoutée se trouvera donc « en dessous », la où la majorité des utilisateurs n’ira jamais (qui a activé le SSH sur son OpenELEC ?). Pas évident à promouvoir.

Pire, cette dispersion des ressources, comme l’indique Carl dans son très bon article sur le sujet de la bifurcation, est un danger pour la survie des projets. Également, quand un projet a vraiment commencé à faire parler de lui, vouloir le copier et après avancer qu’on est meilleur que lui commence à flouter le décor. Les béotiens qui se renseignent vont forcément tomber d’abord sur des références à la solution populaire, établie, historique. Et la nouveauté faisant toujours peur à l’être humain, si jamais la moindre contrariété survient pendant sa phase où il se sent prêt à découvrir, il va lâcher l’affaire direct. Et c’est d’autant plus vrai en informatique, où la majorité des utilisateurs ne sont pas prêts à faire l’effort mental pourtant nécessaire à la maitrise d’un outil ayant de plus en plus de poids dans leur vie quotidienne.

Nous avons eu la chance d’avoir LibreOffice pour remplacer OpenOffice, dont le développement commence vraiment à sentir le sapin au vu du peu de contributeurs qui s’y intéressent. Et c’est une fondation Allemande qui chapeaute la marque et les communications sur le logiciel, avec également des animations (conférences, meetups…) un peu partout dans le monde. Il s’en est quand même fallu de peu qu’on perde la seule option valable en terme de suite bureautique cross-platform. Imaginez que l’histoire se répète à nouveau d’ici cinq ans, pensez-vous que ce coup-ci, on s’en remettra ?

7
Poster un Commentaire

avatar
5 Comment threads
2 Thread replies
4 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
GrégorySeboss666ShevAbamKrapaceWilly1009 Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Arowan
Invité

Personnellement j’ai laissé tombé tout ces trucs et j’ai passé à Plexpi et j’ai saqué tout ce qui est dlna et nfs sur mon nas pour un plex et c’est géniral

ShevAbam
Invité

Idem ici, je suis passe sur Plex.
Le server est sur mon NAS et il y a une app client sur ma TV Samsung, donc plus de PC/Pi à côté de la TV !

Cyrille
Invité

OSMC a de bons retours, je dois avouer que depuis la clé TV d’orange, je me suis désintéressé de ce genre de solutions.

Willy1009
Invité
Willy1009

Il ne faut pas se méprendre, Openelec n’évoluera que très peu le seul dev restant aux commandes ne pourra gérer cela tout seul.
Tous les autres dev ont forké via libreelec qui s’annonce comme le successeur en mieux.
OpenElec n’est plus à jour.
OSMC est dédié au Pi et autre Vera, Openelec et libreelec sont pour arm et x86 donc on ne peut pas vraiment comparer les 3.

Krapace
Invité
Krapace

Vraiment dommage qu’on arrive pas encore a ce niveau avec les Orange Pi. Pour le hardware ils sont au niveau des RPi mais moins cher. Il manque de vrais soft avec un bon support et des mises à jour…
Wait&See

Grégory
Invité
Grégory

merci pour l’article intéressant, il est vrai que ça floute énormément l’affaire tous ces fork.