Comment se porte Manjaro en 2017 ? 

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 2 ans 2 mois 27 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

Suite à la mort de mon SSD, je me suis retrouvé à faire deux installations rapprochées dans le temps de ma distribution de choix pour mon laptop : Manjaro Linux. Une en 16.10, l’autre en 17.0. Et J’en profite au passage pour revenir à XFCE, moi qui utilisait Deepin depuis l’installation du fameux SSD (aucun lien hein). L’occasion de voir où en est la finition de cette « Ubuntu d’ArchLinux ».

XFCE : RAS

Ben oui, ça se développe tellement lentement qu’au moins on est pas perdu. Il conserve donc les mêmes avantages et inconvénients que j’ai déjà pu lui trouver. Malgré tout, ce n’est peut-être pas entièrement de sa faute mais au démarrage j’ai déjà un bon 500Mo de RAM de mangé. Pas encore fait l’inventaire mais j’ai probablement des ajustements à faire.

Un choix de logithèque plus cohérent à défaut d’être populaire

Firefox et Thunderbird sont là ainsi que LibreOffice, aucun problème donc, on est en terrain connu. Ce qui est plus surprenant, c’est l’utilisation de parole (basé sur Gstreamer) à la place de VLC pour le rôle de lecteur media, qui fonctionne pourtant toujours aussi bien. Étant donné le positionnement de parole je pense que l’idée est de renforcer l’intégration graphique des applications, VLC reposant sur Qt là où parole utilise GTK, sur lequel repose XFCE. J’ai réinstallé VLC mais techniquement du peu que j’ai testé parole fonctionne parfaitement et semble effectivement léger, il saura donc convenir à une majorité de personnes je pense (modulo ceux qui lisent du DVD commercial).

L’intégration au détriment de la souplesse

Alors là c’est carrément une connerie. J’ai d’abord pensé à un bug, soit du thème Arc soit de Firefox, mais finalement le problème vient de manjaro. Le symptôme : comme je viens de le dire, j’utilise le thème Arc dark, et il existe une version Firefox pour justement améliorer l’intégration du navigateur à l’environnement. Côté XFCE aucun souci, d’autant que le thème (système et navigateur) est maintenant arrivé directement dans les dépôts community et plus seulement dans AUR (sur lequel se trouve toujours la version de dev pour les plus aventureux), donc tout y est passé.

Sauf Firefox, pour une raison que j’ignorais, si les menus prennent bien en compte le thème, ce n’est pas le cas de la partie boutons /barre d’adresse /onglet qui conserve les mêmes couleurs et formes. Tout au plus les boutons précédents suivants changent de forme.

En vérifiant que le problème ne venait pas de moi (en gros test en Live sur USB), j’ai fini par trouver le coupable : un simple lien symbolique. En effet, maintenant Manjaro « pré-crée » un profil manjaro.default dans le dossier de l’utilisateur que vous créez à l’installation. Et dans ce dossier de profil, un lien chrome vers le thème Vertex Maïa qui est celui par défaut de l’installation d’XFCE par Manjaro.

Donc deux choix : sois vous pétez le dossier de profil par défaut et Firefox en refait un complet, soit vous avez déjà passé une demi-heure à configurer la bête (sync, modules, variables) et vous pouvez supprimer simplement le lien symbolique et oh, magie, le thème Arc est complètement pris en charge. En temps normal la question ne se serait pas posée, j’aurais recopié le dossier de profil du précédent disque, c’est ce que j’avais d’ailleurs fait avec Deepin, mais là, impossible, puisque plus de SSD.

Toujours quelques petites irritations

Thunderbird refuse de passer en français malgré la présence du paquet idoine. Non pas que ça me dérange, je n’ai pas encore cherché la solution à cause de ça d’ailleurs, mais ça pourrait faire pester d’autres (le français n’est peut-être pas la seule langue touchée).

L’outil de personnalisation du bureau qui freeze sur le dossier par défaut quand on l’ouvre gratte un peu aussi. Il m’a fallu sélectionner une image à mettre en fond d’écran via le gestionnaire de fichiers (Thunar mon amour), et là l’outil fonctionne de nouveau (je suis comme adriend j’aime pas les icônes sur le bureau).

Il manque toujours quelques petits trucs importants comme ttf-symbola (pour la bonne prise en compte des emojis), un lancement de pacman-mirrors -g dès le début pour s’éviter ce qui m’est arrivé, c’est-à-dire un pamac monopolisant les dépôts pendant 10 minutes parce qu’il essaie les pires en premier, au point que j’ai dû l’interrompre pour finir à la main. yaourt a également disparu du set par défaut, heureusement il n’est pas loin.

Pourquoi toujours pas ArchLinux ?

Parce que je fais partie de ceux qui aiment que leur ordi marchent en 20 minutes au lieu de 2h. Il y a aussi quelques raffinements qui me plaisent chez Manjaro et qui me gonfleraient à faire à la main chez Arch, comme la sélection de noyau. J’ai un laptop qui a mis du temps à avoir un support potable, et ce n’est toujours pas garanti qu’une régression n’intervienne pas de temps en temps avec une mise à jour. Et c’est déjà arrivé depuis qu’il est entre mes mains. Le processus de mise à jour de versions majeures de certains paquets, souvent rugueux chez Arch, est assez bien pris en charge (en gros, le paquet manjaro-system permet d’inclure des routines qui sont généralement à la charge de l’utilisateur). J’ai en tête un Fred Bezies qui a souffert sans VirtualBox pendant plusieurs jours à cause d’une incompatibilité avec le noyau 4.6.0. Chez Manjaro la mise à jour de Virtualbox et du noyau incriminé ont été retardées le temps de corriger le tir, préférant faire patienter les utilisateurs plutôt que les bloquer.

Ce n’est donc pas idiot de dire que Manjaro est la Ubuntu d’ArchLinux. Comme Ubuntu, elle utilise ses propres dépots et dérive de l’original quand c’est nécessaire (noyaux, outil de gestion des langues et des utilisateurs). L’installation est autrement plus rapide et simplifiée, même si en termes de durée une Debian est maintenant bien plus rapide à installer les étapes sont toujours un peu plus nombreuses et probablement un peu moins accessibles. Contrairement à Ubuntu, vous utilisez les mêmes versions à peu de choses près que la maison-mère, quand la distribution sud-africaine utilise le dépôt unstable de Debian comme base régulière, qui inclue les versions bien plus récentes que la branche stable.

Conclusion, Manjaro se porte bien, dans l’ensemble

En effet, Calamares est particulièrement efficace, XFCE est définitivement un bon choix pour proposer un bureau efficace à défaut d’être super joli (le thème Vertex Maia n’étant pas spécialement joli à mes yeux), et la logithèque fournie de base reste solide, notamment sur les outils maison de Manjaro. Reste cependant le problème des mises à jour d’ISO, comme le mentionne souvent Fred : lors de l’installation initiale de la 16.10, le noyau fourni ne prenait pas en charge les touches spéciales du clavier (Fn+x), je ne pouvais pas modifier la luminosité tant que je n’avais pas installé le noyau 4.9 (un 4.8 aurait fonctionné pareil, mais c’était un autre plus ancien encore).

Bref, Manjaro reste une distribution à conseiller aux utilisateurs avancés qui n’ont pas envie de perdre du temps sur une installation d’ArchLinux, et qui commenceraient à se sentir limités par une Ubuntu. Elle reste quand même un peu moins accessibles aux nouveaux arrivants, sauf aux plus motivés qui veulent vraiment faire l’effort d’apprendre à reprendre le contrôle sur leur outil de prédilection qu’est l’ordinateur.

PS : Notez bien que je n’ai pas mentionné les éditions communautaires, leur gestion n’étant pas à la charge de l’équipe principale. Il semblerait que leur qualité varie vraiment d’une saveur à l’autre.

10
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
6 Réponses de fil
3 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
SebastienSeboss666RedscapeMaxericSkyghost Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
emkamax
Invité
emkamax

Hello, tu as déjà testé arch-anywhere ? L’iso propose un script facilitant enormement l’install d’une archlinux. https://arch-anywhere.org/

Redscape
Invité

Aaah, Manjaro… J’aime beaucoup cette distribution. C’est par celle-ci que je suis revenu sur Linux et dans le monde d’Arch de manière générale. Et c’est elle qui a failli me la faire quitter. J’avais pris la version KDE, devenu très fluide et bien moins lourd qu’un GNOME, j’ai même fait un podcast entier avec (avec Jack, Mumble et Bitwig), sans que ça plante de trop et puis… Je me suis senti comme limité, je ne sais pas, une impression, celle qui me disait dans un coin de ma tête que ça n’était pas la distro pour les durs à cuire,… Lire la suite »

Redscape
Invité

Pour compléter mon propos, j’espère me poser définitivement en adoptant Manjaro mais… Non laissez tomber c’est dans ma tête 🙂

Maxeric
Invité

Hello,
Personnellement, j’ai installé Cinnamon en parallèle de XFCE et ça donctionne très bien.

Skyghost
Invité
Skyghost

Salut Seboss, concernant la traduction de Thunderbird. Il faut aller dans Preference « Onglet Advanced » et config editor. Cherche la valeur general.user et change en_En en fr et reboot.

A+

Sebastien
Invité
Sebastien

Bonjour,
Après avoir passé 3 mois sur Manjaro, j’en suis vite revenu. effectivement pour installer le logiciel Discord par exemple, il faut mettre deux clés clé gpg.
J’ai perso cherché deux heures sur le net pour savoir quelle clé, je devais installer. Ce n’est pas méchant, mais cela fera fuir beaucoup de personnes qui débutent.

Attention la manjaro est une très bonne distribution, a part les clés gpg

Aujourd’hui je suis revenu sur Debian Stretch, moins galère pour ma part.

Cordialement.