Tumblr se suicide, mais le Web gagne-t-il pour autant ?

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Pour ceux qui ne connaissent pas Tumblr, c’est une plateforme de blogs américaine rachetée il y a quelques années par Yahoo, et appartenant maintenant à Verizon, qui est très populaire par sa facilité d’utilisation (bien que frustrante pour certains), et très prisée par les producteurs indépendants de contenus « adultes », notamment photo (avec une forte présence féminine, ce qui est plutôt rare étant donné que les plaisirs adultes sont majoritairement partagés pour et par des hommes en général). C’est aussi un haut lieu des communautés dite alternatives (vous connaissez l’acronyme LGBT ? ça en fait partie). Mais Tumblr veut faire le pari du puritanisme à l’américaine en expulsant les utilisateurs et leurs contenus (interprétation). Les conséquences sont à la fois bonnes et peu attrayantes, suffisantes pour en discuter ailleurs qu’en retweetant un truc.

NB : Je tiens à préciser ici que je n’aborde pas volontairement la problématique de l’accès à ces contenus, notamment par les mineurs, un point qui n’est pas souvent abordé par les médias américains mais qu’on met trop rapidement en lumière en France sans jamais prendre de bonnes décisions. J’ai déjà une réflexion en cours sur le sujet, mais elle demande beaucoup de boulot de recherche, je la publierai certainement cette année parce que c’est un sujet qui me tient à cœur quand bien même je n’ai pas d’enfant (la plupart de mes amis et pas mal de collègues de boulot sont parents, et sont très connectés numériquement).

Alors techniquement aucun contenu n’est supprimé de la plateforme, mais tout est tellement masqué que ça ne sert à rien de publier un contenu qu’on ne pourra pas partager même gratuitement (surtout gratuitement, je ne me souviens pas avoir vu Tumblr proposer de rémunérer les auteurs sur leurs plateformes). Bref, si plus de visibilité, autant se barrer, puisque publier ne sert plus à rien. Mais ce n’est pas sans conséquence. Et le mouvement que j’ai vu naître, pour suivre moi-même quelques blogs de photos de nus (Bonjour Madame est l’un d’entre eux), est une migration massive vers des blogs sous moteurs WordPress, comme le site sur lequel vous vous trouvez actuellement (mais vaut mieux pas me voir nu, je vous assure), avec en dessous plusieurs méthodes pour l’hébergement, ainsi qu’une batterie d’extensions propres à chaque auteur de site.

Parmi les points positifs, le fait de se libérer d’un acteur américain centralisateur et ayant prise sur la publication et la visibilité des contenus est toujours une bonne chose. Tumblr était parfois montré du doigt pour ses limitations sur le design des sites, et une fois de plus sa politique débile sur les contenus. Basculer sur un site indépendant rend donc pas mal de libertés à leurs créateurs, et en soi WordPress, base technique qui représente déjà environ 30% des sites du web visible n’est pas le plus mauvais qu’on peut faire pour disposer rapidement d’un outil de publication à même de répondre à ses besoins. Surtout que ça peut aider pas mal le référencement, un point qui va être sensible lors de cette migration. Dans tous les cas l’outil est facile à prendre en main ce qui permettra aux créateurs de se concentrer sur leurs contenus, et c’est pour ça qu’on les suit. Voire créer de nouvelles interactions qui n’étaient pas possibles sur Tumblr.

Pour les points négatifs, le niveau de gravité est variable, il ne faut donc pas prendre ça comme une liste ordonnée. D’abord, maintenant que chaque site est indépendant, on perd un des points qui faisaient de Tumblr une plateforme intéressante, un réseau social de blogs, à savoir la capacité pour un utilisateur de « reblogger », à la manière des tweets, un article d’un blog sur son propre blog. Cela permettait à certains sites d’être de véritables chercheurs d’or, vous faisant découvrir d’une simplicité déconcertante un site correspondant à votre intérêt (votre kiff ce sont les rousses ? –c’est dans le sujet hein). Libre à vous ensuite de le suivre ou de récupérer le flux RSS. Jusqu’à ce que certaines extensions ou fonctions de thèmes soient développées, vous perdez quelques fonctions comme l’affichage simple des archives surtout pour les blogs photos, et une fonction random que j’aimais bien qui affiche une photo au hasard sans se palucher toute l’archive qui n’était pas la plus légère pour les navigateurs (oui bon « se palucher » en parlant de contenus adultes, j’ai déjà été plus inspiré ^^’). Là ce sont des conséquences mineures, qui pourront avoir un impact plus ou moins important sur la visibilité sachant que d’autres réseaux sociaux autour restent tout de même de bons vecteurs.

Là où j’ai plus de craintes, c’est que parmi les WordPress que je voient montés, beaucoup semblent encore en train de faire sécher la peinture (avec des menus limites par défaut), j’ose espérer que les personnes qui s’en occupent ne découvrent pas seules le fait d’avoir à gérer l’hébergement et la maintenance de l’outil qui était auparavant à la charge de Tumblr (et de la plateforme en dessous). WordPress est certes une plateforme populaire, mais ça la rend très prisée des attaquants prêts à soit voler des informations en base, soit infecter le site pour voler celles de leurs visiteurs, les ajouter à un réseau d’autres ordinateurs infectés (botnet), tout ce qu’on déteste en tant qu’administrateur, visiteur, amoureux d’un réseau propre.

Ce n’est pas juste une vision de mon esprit. Je ne compte plus le nombre d’incidents de sécurité que j’ai vu passer ou sur lesquels je suis intervenu qui impliquaient des WordPress peu ou pas maintenus, parce que ça demande du temps et donc de l’argent (et c’est souvent à la charge de l’intégrateur qui ne fait pas ça gratuitement – je pourrais en faire un article à part de ces pratiques d’ailleurs). Imperva a publié une étude indiquant que c’est la plateforme la plus attaquée de 2018, principalement à cause des plugins. D’ailleurs l’un des plus populaires a eu une activité intéressante en ce début d’année, le site de la version payante de WPML a été défacé par un ex-employé de la société qui pilote le développement. Il y a peu de chance, mais avec une telle mentalité il aurait très bien pu planquer un moyen d’attaquer les sites qui profitent de cette version du plugin…

Je ne sais pas trop cependant si des alternatives, dont certaines pouvant être installées sur des hébergements mutualisés, et correctement maintenues en matière de sécurité, existent, ce qui éviterait une monoculture du CMS qui s’installe doucement mais sûrement à la façon d’un virus Chrome qui a phagocyté le « marché » des navigateurs web. Zenphoto peut-être, à voir si les outils pour faire un bon remplaçant à Tumblr et WordPress sont là pour les créateurs photos. Pour ceux pissant du texte au kilomètre, on peut faire la course sur WordPress sans problème c’est plus adapté. Malgré tout certains commencent à se poser la question de quitter WordPress, même si la réflexion a pour base le nouvel éditeur qui semble particulièrement diviser (je n’ai pas encore eu l’occasion de le tester pour juger, en raison de plugins qui pourraient ne pas passer la mise à jour). Comme je l’ai déjà dit ces sites sont tous indépendants, il n’y a plus la notion de réseau. Certains ont du coup atterri chez Ello, qui avait presque disparu des actualités, mais à peine la visibilité regagnée qu’ils ont modifié leurs conditions d’utilisation pour réduire la voilure sur les contenus explicites. Eh oui, c’est aussi une société américaine, faut pas rêver.

Bref, un bilan mitigé, je serai content de voir Tumblr disparaître à cause de sa connerie, histoire de leur donner une bonne leçon (mais ça a peu de chance se produire), je suis content de voir les créateurs reprendre le contrôle de leurs contenus, mais dans le même temps j’ai peur pour l’avenir proche quand je vois les choix retenus pour accompagner cette libération. Je sens déjà le métal de l’épée de Damoclès au dessus des enseignes qui ont choisi la voie du CMS le plus populaire de la planète, à devoir me battre contre des absences de maintenance. J’ai peur parce que la majorité des personnes ciblées par cette censure n’est pas en capacité de construire les outils leur redonnant la visibilité qu’ils méritent et qui nourrissent une culture qu’il faut conserver la plus large et diversifiée possible. Tumblr n’est pas le seul « réseau social » à poser régulièrement des problèmes en lien avec ce type de contenus, Instagram cristallise régulièrement l’actualité pour ses censures arbitraires qui ciblent presque exclusivement les femmes et leur nudité. Tant que le Web sera dominé par des sociétés américaines aux outils encore plus fermés que les esprits, il n’y aura pas de bonne avancée pour que diffuse ces cultures qui sont nécessaires à une grande tolérance dans le monde.

3
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
DrenghelAnonymousCascador Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Cascador
Invité

Hello, Pendant un temps j’ai beaucoup apprécié les Bonjour Madame, Mademoiselle, etc. puis ça m’est passé. Je doute que quiconque sorte gagnant de cette affaire, de toute façon aucun CMS ne peut remplacer une plateforme dédiée spécifiquement à un usage (ici les photos). Le plus simple et le meilleur compromis sera probablement WP mais il va falloir payer le stockage et partir direct sur minimum 10G, quand il faudra sortir la CB et mettre les mains dans le CMS on peut être sûr qu’il restera plus qu’une personne sur 10… Sympa que tu parles de ça qui sort des sujets… Lire la suite »

Anonymous
Invité
Anonymous

J’ai pu voir une partie des utilisateurs également migrer vers Mastodon, même si ce n’est pas très adapté à son remplacement, c’est un petit pas de plus vers la décentralisation !

Drenghel
Invité
Drenghel

J’attendais la mention pour notre éléphant préféré :3