La fibre chez ma mère, chapitre 2 : la box Videofutur

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Dans l’épisode précédent, on a traité de l’installation de la box internet, qui s’est pas trop mal déroulée dans l’ensemble même si pour l’instant je peux pas faire grand chose pour la configurer. Ça fonctionne très bien au niveau réseau, c’est déjà pas mal, donc je me suis penché sur le deuxième morceau de l’abonnement : la box Vidéofutur qui compose l’option TV de l’abonnement. Une fois de plus l’opération n’a pas été de tout repos.

Un matériel sobre, élégant, simple à installer

Je déballe le boîtier, il est particulièrement simple : un pavé noir brillant, avec juste un logo Fibre Videofutur sur la devanture, et le strict nécessaire en connectique à l’arrière, à savoir l’alimentation, l’Ethernet, l’HDMI, la prise antenne TNT, un port USB3 Type A, un SPDIF. Une télécommande accompagne la boite, ainsi que tous les câbles pour le raccordement à la box internet et à la TV. Oui, le câble HDMI est fourni, ce qui est déjà remarquable en soi, le câble Ethernet est d’une longueur plus que confortable ce qui évite d’avoir à garder les deux proches l’un de l’autre.

Check le claquettes/chaussettes

Concernant la face avant, c’est clairement trop simple. En gros, à part le logo qui n’est qu’un sticker, on a juste une diode pour dire allumé ou éteint. Pas d’affichage de l’heure ou de la fonction, du numéro de chaîne, etc. Rien. J’ai fini par mettre la main sur les spécifications techniques sur le site de Videofutur (image reprise de la page du site) :

À l’allumage, on panique la première fois en voyant le logo vidéofutur avec la télé qui indique 640×480. Mais C’est temporaire, on passe vite au 1080i. L’interface de démarrage est simple, tout est fait pour aller à l’essentiel. Les couleurs ne sont pas agressives, bref, c’est ça sent pas le renfermé. La détection du réseau est automatique. Dès la première étape ça nous demande de faire une mise à jour. J’obtempère, ça prend un certain temps à se déclencher, mais la mise à jour s’effectue quand même sans trop d’encombres. On revient ensuite à l’écran de démarrage en trois étapes : configuration réseau, définition du contrôle parental (on peut choisir le niveau à partir du -10 jusqu’à -18, contrairement à CanalSat ou c’est seulement -18), recherche des chaînes. Bizarrement le boîtier parle des chaînes TNT, je ne suis pas surpris qu’il ne trouve rien.

Le retour des surprises

Une fois ces étapes terminées on arrive à l’accueil, mais ça nous dit que le service est désactivé :

Ah. Je reprend mon PC, retourne sur l’interface client, effectivement par défaut le service TV est désactivé alors même qu’il fait partie de l’abonnement, et donc est facturé. Je n’ai pas d’explication concernant cette incohérence, mais c’est une autre étape non triviale qui mériterait d’être revue par NordNet, car ce n’est pas fluide. Mais c’est pas fini :

Voilà, potentiellement il peut y a voir un délai à l’activation, donc je m’apprête de nouveau à attendre. C’est le moment que je choisis du coup pour appeler le service client pour causer avec le technicien (autant mutualiser le temps d’attente). Après avoir abordé le cas de l’interface de contrôle (pour lequel je vais devoir attendre, encore), j’aborde les difficultés que j’ai avec la TV. Il faut dire qu’entre temps, l’interface client indique que le service est activé (sans avoir reçu le SMS), affiche la bonne adresse MAC, mais malgré les tentatives de redémarrage ça indique que le service est désactivé. Au passage, l’adresse IP attribuée à la box vidéofutur est dans la même plage DHCP que les autres appareils, là où d’autres opérateurs isolent le flux sur un VLAN dédié inaccessible aux utilisateurs. Je ne sais pas encore trop quoi penser de cette information, mais elle est là.

Le technicien m’oriente donc vers une réinitialisation, via le menu de contrôle avancé qui est protégé par le code de contrôle parental. Mais la box ne redémarrera jamais, le voyant rouge de la face avant clignotera face aux demandes de la télécommande mais sans repasser au vert. On passe donc à la vitesse supérieure : réinitialiser via le bouton reset qui est l’unique bouton physique présent sur le côté gauche du boîtier. On repart à zéro mais cette fois, à l’annonce d’une mise à jour disponible, le numéro est beaucoup plus élevé que celui indiqué la première fois. On refait donc toutes les étapes, cette fois à la détection des chaînes TNT il en affiche 64, oui la dénomination est trompeuse ce sont bien des chaînes via le réseau. Tout fonctionne !

Presque parfaitement, oui nouvelle surprise le guide des programmes met beaucoup de temps à afficher les informations de toutes les chaînes, ce qui n’a pas de sens étant donné le débit disponible. Au fur et à mesure des affichages ça se remplit, on a l’impression d’une fonction d’arrière plan à la priorité beaucoup trop basse.

Une interface fonctionnelle mais pas toujours agréable à l’œil

Au final l’interface n’est pas des plus agréables, pour une bonne raison : elle est trop remplie, choix a été fait de vouloir afficher beaucoup trop de choses à l’écran. L’interface est organisée à la manière d’une Xbox 360 : les fonctions sont regroupées en haut de l’écran de manière horizontale, chaînes en direct, replay, et les fonctions qui viennent du cœur de métier de Vidéofutur, la consommation de contenus à la demande : films, séries, il faudra du temps pour fouiller le catalogue mais je ne me fais pas d’illusions : en France, la vidéo à la demande est le parent pauvre de la chronologie des médias, sauf pour les contenus à l’achat à l’unité (Mission Impossible : Fallout est déjà dispo par exemple). Au passage les conditions et les tarifs devraient vous faire fuir rapidement, 5 balles à l’unité, lié au service, et en petites ligne ça correspond à une location longue durée de 5 ans. Oui, vous payez mais c’est pas définitif.

Il y a quelques applications annexes disponibles, mais à part YouTube vous pouvez repasser pour autre chose. Sans surprise pas question d’avoir une application Netflix, pour ne pas entrer en concurrence avec leur propre catalogue. RadioLine permet facilement d’accéder à certaines webradios étrangères, mais c’est la seule application audio. N’espérez donc pas utiliser votre installation pour diffuser votre catalogue provenant de votre service musical préféré.

En tout cas si l’agencement n’est pas spécialement aéré, c’est fluide, et ça fait plaisir, il ne faut pas 500 ans pour changer de chaîne, le guide des programmes s’affiche dans la seconde, pour ceux qui connaissent le décodeur CanalSat, la comparaison est impossible tellement la lourdeur et le lenteur de ce dernier somt importantes. Le contrôle du direct soufre par contre d’un tout léger retard à l’allumage. Celui-ci n’a pas besoin de disque dur externe pour fonctionner contrairement au Cube, ce qui me fait penser qu’il est équipé d’une mémoire flash interne pour remplir cette fonction.

Autre point agréable, les chaînes sont en Full HD pour plusieurs d’entre elles, là où CanalSat limite au 720p. Une contrainte qui peut se comprendre à cause de la méthode de diffusion, sur le satellite la bande passante coûte cher, très cher, ils seront contents de pouvoir basculer sur de l’AV1, ou de l’H265 s’ils sont masochistes sur les coûts de licence. Mais ça demandera de revoir le parc de matériel.

Pour finir, il y a une application de lecture multimédia (appelée mediacenter) là aussi simple, mais très fonctionnelle. Elle permet d’accéder au contenu d’un lecteur (clé USB, disque dur externe) branché à l’arrière, ou au partage réseau qu’aura effectué la box internet. J’ai pas fait une recherche exhaustive mais étant donné qu’elle affiche un support 4k, j’ai tout de même testé la lecture de quelques fichiers mkv full HD depuis mon disque dur externe en USB3 (encodés en x264), ça roule nickel. L’interface n’est pas des plus intuitives, mais elle se manipule aisément.

Dernier point un peu technique, avec l’ensemble bluray/home cinema défaillant de ma maman, sans surprise la VOD ne fonctionne pas à cause du HDCP qui ne peut pas être établi (ça fonctionne en branchant la box directement sur la TV). C’est un point que je vais devoir garder en tête pour plus tard, ça ne bloque pas les autres fonctionnalités, et vu le catalogue, de toute façon ma mère va s’en passer, surtout que pour l’instant Canalsat reste à côté le temps que ça soit remplacé.

Une offre qui peut être adaptée pour des besoins simples

Le moins qu’on puisse dire c’est que ça va a l’essentiel. Les chaînes principales sont couvertes, l’offre de vidéo à la demande est clairement un plus, mais on tombe particulièrement vite sur les limitations. L’interface est assez chargée mais pourtant elle ne vous perds pas sous des tonnes de fonctions ou d’informations inutiles. Bref, aux premières captures d’écran je m’attendais à bien pire, quand j’ai pu voir l’interface du Cube Canalsat ou des anciennes Livebox Orange. Si vous avez des éléments à partager sur les box des autres opérateurs, faites-vous plaisir dans les commentaires. J’essaierai quand même de creuser un peu plus loin les capacités de ce boîtier donc il n’est pas exclus que j’en fasse un autre article plus tard.

Par rapport aux besoins de ma maman en terme de TV le bouquet de chaînes est trop limité, je pense aussi que l’offre de vidéo à la demande n’a rien d’exceptionnel et peut donc sans surprise être remplacé par mon deuxième écran de l’abonnement Netflix vu qu’il ne me sert pas, mais il est inclus dans l’abonnement donnant accès à la HD. Bref, comme c’est une option je pense qu’elle ne durera pas trop longtemps puisqu’on peut la désactiver quand on veut. Avec mon immobilisme de décembre j’ai eu tout le temps de chercher les alternatives, et une solution se profile.

En effet, pour accéder aux chaînes de TV que ma mère recherche, il est possible désormais de passer par un service relativement récent qui a su se faire une place malgré les combats menés par les chaînes de TV pour les empêcher de révolutionner l’expérience utilisateur : Molotov. Dans sa version gratuite si les services proposés ne sont pas spécialement intéressants (encore qu’on a accès au Replay, ce qui est déjà un plus par rapport à la TNT classique par exemple), une fois passé sur une option payante, ça commence à devenir très sexy : enregistrement de contenus (plus limités par la disponibilité courte en replay), passage à une diffusion européenne, diffusion sur quatre écrans en simultanés, et là ça concerne le premier palier de 4€ par mois, sachant que ces services supplémentaires sont aussi dispos dans les autres options.

Il y a justement une option extended à 10€ par mois qui rajoute des chaînes. On retrouve les services supplémentaires précédents, avec l’accès cette fois à quarante chaînes thématiques supplémentaires, jeunesse, sport, sciences et nature, on dirait les catégories de questions du trivial poursuit. Et parmi ces chaînes, celles que ma maman regarde le plus souvent sur CanalSat, en dehors de Ciné+. Sachant que ce tarif est le même que celui de l’option Videofutur. Le seul hic, c’est l’accès au service une fois souscrit. Il est évident que ma mère ne va pas remplacer une TV Full HD de 127cm et le Home Cinema 5.1 par son PC de 17″ et ses enceintes intégrées. Il va donc falloir trouver une « box » vidéo de remplacement.

Les options crédibles et suivies sont peu nombreuses. En gros, il y a la Nvidia Shield TV, qui commence à dater mais est toujours maintenue logiciellement, et la Xiaomi Mi Box, beaucoup moins cher mais moins puissante et uniquement orientée vidéo (sans parler de la disponibilité en France), là où la Shield a naturellement des capacités supplémentaires orientées jeu vidéo. En gros on est sur un rapport de 1 à 3 pour les tarifs, en one-shot facilement absorbables cependant. Et là, on a une expérience Android TV complète, ce qui veut dire Molotov, Netflix, Kodi, YouTube, RadioLine, bref, le catalogue d’applications Android. Je ne suis pas encore fixé sur le choix final, je compte quand même creuser encore un peu la box vidéofutur pour en savoir un max avant de repasser sur une solution adaptée. Et puis il reste encore la partie réseau à terminer de cerner. Bref, on a pas fini d’en parler.

G : En guise de teasing, ma mère prépare également son propre ressenti de son passage à la Fibre. Ça sera une première sur le blog : un billet invité de la part d’un non-technicien 🙂

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
JhudsonSeboss666BibiSky51 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
BibiSky51
Invité
BibiSky51

Salutations
pour trouver des arguments relatifs à la shield et la mi box, je ne peux que te recommander minimachines.net

Jhudson
Invité
Jhudson

Il suffit de brancher le PC sur l’écran TV via un câble HDMI ( prise qu’ont tout les PC de moins de 10 ans, même les portables) , ça évitera de racheter un autre appareil .