Installation offline de .Net Framework 3.5 sur Windows 10

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Il y a des logiciels qui n’en finissent pas de mourir. Par exemple, quand on doit se taper l’installation de ce putain de client lourd VMWare qui demande une version antédiluvienne du framework de Microsoft (qui installe aussi J#, mais ça je vais éviter d’en parler pour l’instant). Parce que quand vous manipulez du Private Cloud OVH, certains aspects de votre cluster (backup, reverse des bloc d’IP) ne sont accessibles que via des plugins de ce client. Au moins ça évite de se taper Flash (oui parce que bon, tout le monde ne bosse pas encore avec ESX 6.5). Enfin presque.

Pourquoi je peste ? Parce que le client lourd de VMware est en cours d’abandon, n’a pas évolué depuis la version 5.5 d’ESXi, donc toutes les nouvelles fonctionnalités ne sont pas disponibles sur ce client. Mais OVH a trouvé le moyen de ne proposer des plugins que pour cette interface, pour la gestion intégrée du backup des VM via Veeam ainsi que de la manipulation des reverse IP des blocs affectés à votre pcc. Le reste devant se faire via le web client, toujours en flash intégral en version 6.0, partiellement HTML5 dans la version 6.5 qui n’est toujours pas installée par défaut et dont la mise à niveau n’est pas prise en charge en temps normal par OVH (alors même que pas mal de fonctionnalités liées à vSphere sont inaccessibles en raisons de limitations imposées par OVH sous couvert de service…). Et l’interface Web est nécessaire pour toutes les fonctionnalités récentes, ou la gestion du firewalling NSX par exemple. Pour la blague, sur mon ordi le seul moyen pour que ça soit « stable » c’est d’utiliser Chrome et sa version de flash embarqué, un autre collègue c’est Edge qui est le seul capable de ne pas planter toutes les deux secondes, Firefox a déclaré forfait depuis longtemps, bref, il y a les vœux pieux des créateurs de standards universels, et la réalité du monde professionnel avec ses affreuses habitudes 🙁

Et je peste encore plus sur Windows 10, car le client demande l’activation du .Net Framework 3.5, qui est proposé en tant que composant optionnel (via les « fonctionnalités »), lui aussi zombifié, mais allez savoir pourquoi, depuis un an leur activation sur les machines que l’on a au boulot échoue lamentablement, et même les gars des moyens internes déclarent forfait face à cette erreur.

Finalement, c’est le tout fraîchement débarqué Pierre-Marie (l’élu de mon billet de recrutement) qui a trouvé une solution que je détaille ici en Français, un grand merci à lui donc. On commence par récupérer une iso fraîche correspondant normalement à la version installée sur votre poste Windows 10 via l’URL dédiée sur le site de Microsoft. Petit tip : si vous accédez à l’URL sous Linux, vous aurez accès directement à l’ISO, sinon Microsoft ne vous fournit que le Media Creation Tool, une horreur sans nom et lente à crever mais qui atteint le même résultat. Cette image ISO, il faut ensuite la monter grâce à l’outil maintenant intégré à Windows (enfin dirons certains, 20 ans après Linux), ça lui attribuera une lettre libre :

Ouvrez ensuite une invite Powershell en mode administrateur, et saisissez la commande suivante (adaptez la lettre de lecteur avec celle qui a été attribuée) :

Si tout se passe bien vous devriez avoir un message « Success ». Il ne vous reste plus qu’à relancer l’installation du client lourd VMware, et à subir le jonglage entre les deux interfaces. Bon courage 🙂 Par contre, ne me demandez pas pourquoi Microsoft trouve encore le moyen de vautrer son système comme ça, mais après tout, il commence à avoir l’habitude, je ne m’étonne plus de rien…

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des