Démontage d’un écran plat : voyage au coeur de la bête

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 4 ans 5 mois 3 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

Lors du démontage de mon ordinateur portable, Je n’étais pas vraiment allé jusqu’au bout. En effet, j’étais pas allé jusqu’à démonter la dalle de l’écran. Je n’ai pas re-démonté le bestiau, par contre l’écran qui me sert pour mes dépannages était envahi par les bêtes d’orage. C’était donc l’occasion idéale de vous montrer de quoi est constitué un écran plat « classique ».

Ces insectes ne sont pas dangereux pour la santé, mais ils ont cette capacité de savoir se glisser dans les endroits les plus improbables. Dans le cas de notre écran, une fois mortes ces sales bêtes restent collés non pas sur l’écran mais derrière, empêchant parfois de lire correctement du texte, ou pire, détournent votre regard pendant que vous jouez. Si vous ne voyez toujours pas ce que je veux dire, exemple avec un fond blanc :

lcd01

Mais ce n’est pas une fatalité. On peut en effet démonter la plupart des écrans, avec plus ou moins de facilité. Il faut donc s’armer de quelques outils, dont les plus importants, l’indispensable tournevis cruciforme, le même qui m’avait rendu de fiers services pour l’ordinateur portable.

La démonstration d’aujourd’hui met à nu un bon vieux LG Flatron L1720B. Pour les curieux, il s’agit d’un vieux 17 pouces 5/4 de résolution 1280×1024, le tout au travers d’une unique interface VGA; l’alimentation est aussi intégrée dedans, ce qui le rend bien lourd. La structure en acier n’y est pas pour rien non plus.

Avant d’attaquer directement, je tiens à vous prévenir : préparez bien vos méninges, ou alors photographiez vos différentes étapes. En effet, contrairement au laptop cet écran contient plusieurs sortes de vis, dont il faudra se rappeler l’emplacement et/ou la finalité. Voici ce que j’avais dans mon « ramequin » juste avant d’attaquer effeuillage de la dalle elle-même :

lcd02

Bon, maintenant vous savez à peu près tout ce qu’il faut savoir pour se lancer. On attaque donc par le pied, un cache recouvrant les 4 vis qui retiennent le pied en métal au reste du bousin :

lcd03

L’étape suivante, ce sont les vis qui font le tour de l’écran, ainsi que celle se trouvant juste en dessous de l’étiquette d’identification. Différence notable avec le laptop, la dalle est fixée au cadre avant de l’écran. Même une fois les vis retirées, le cadre arrière n’est pas facile à retirer, les clips étant massifs et plutôt raides. À au moins deux reprises j’ai cru avoir cassé quelque chose. Remarquez, cette remarque était déjà valable pour les clips plastique du laptop.

Bref, à peine retiré, on tombe sur un autre obstacle, un carter en aluminium, qui recouvre les deux circuits imprimés principaux :

lcd04

À partir de là, il faut débrancher les différentes prises, et retirer les vis des deux circuits, et déscotcher les différents câbles, car le cadre en acier sera aussi à retirer :

Ca en fait des éléments...

Ça en fait des éléments…

En effet, la dalle est coincée entre ce cadre en acier et le cadre avant en plastique. On remarque deux pattes en bas, dont il faut là encore retirer les vis. Pour désolidariser la dalle du cadre acier, il faut retirer plusieurs vis sur les bords, des deux côtés :

lcd06

On va maintenant pouvoir se concentrer sur la dalle elle-même. Les différents éléments sont retenus par un cadre en aluminium, en deux parties, qui sont « clipsées » :

lcd07

On commence à rentrer dans le vif du sujet. Une fois le cadre dégagé, voilà où on en est :

lcd08

La première couche est la dalle de cristaux liquides, relié à son circuit imprimé. On constate qu’il y a déjà quelques bébêtes collées derrière. On la nettoie, la met de côté et on passe au reste :

Ouh les sales bêtes !

Ouh les sales bêtes !

Au niveau des bords haut et bas se trouvent une rampe de néon. Voilà pourquoi je disais « classique » en introduction : une grande partie des écrans actuels utilisent un rétroéclairage LED, qui consomme bien moins. Ensuite, on voit le reste des éléments : il y a un cadre en plastique noir (que j’ai retiré), et qui sert à retenir et positionner le tout :

lcd10

Plusieurs couches de films transparents sur une dalle de plexiglas, le tout sur un fond blanc « alvéolé ». Ces différents éléments sont chargés de répartir le mieux possible la lumière émise par les deux rampes de néons. Et entre chaque couche, j’ai trouvé plusieurs cadavres de ces saletés :

lcd11

Bref, une fois tout ça bien nettoyé, on remonte les différents éléments en ordre inverse de leur démontage. Vous comprenez maintenant pourquoi je vous conseille de bien documenter vos différentes étapes de démontage. mais le résultat est là :

A plus bébêtes !

A plus bébêtes !

Si vous avez des idées d’appareils que je suis susceptible de démonter et dont vous aimeriez connaître les entrailles, faites-le moi savoir dans les commentaires, quand j’en trouverais le temps (le démontage remonte au mois de février, faites le calcul), je serais ravi de vous faire un reportage photo, voire soyons fous, une vidéo !

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Seboss666Arowan Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Arowan
Invité

Démonte ta télé elle vient de claquer :p

Seboss666
Invité

Fait cet après-midi pour vérifier ce qui avait lâché. La carte contrôleur. Sans la facture, pas moyen de faire jouer l’assurance.

Sinon l’appareil n’est pas vraiment intéressant à voir, grosso modo c’est pareil que l’écran : un circuit pour l’alim, un circuit de contrôle. C’est juste beaucoup plus grand.