On change le PC de jeu ! (part 5)

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Hein ? Quoi ? Comment ? mais ça fait pas un an ! Alors si déjà, c’était en Septembre 2019 que j’avais conclu le montage de la tour qui sera au cœur d’une expérience de jeu renouvelée, avec un concurrent matériel renouvelé lui aussi. Mais pour parfaire le retour d’expérience, et pour ceux qui partiraient de zéro, comme j’ai aussi fait évoluer cette partie, j’ai décidé de faire un dernier article pour revenir sur d’autres changements que j’ai effectué après coup, à savoir, les périphériques !

Périquoi ?

Périphérique, dérivé de périphérie, désigne, au sens figuré, la ceinture d’une ville. En gros, on parle de ce qu’il y a autour du centre. En informatique, un périphérique est donc un élément qui ne fait pas partie du cœur, mais qu’on vient brancher « autour » pour compléter le fonctionnement. Parmi les principaux sur lesquels on va s’attarder aujourd’hui :

  • Clavier
  • Souris
  • Tapis de souris
  • Écran
  • Casque
  • Webcam

Mais globalement, tout ce qui se branche sur le PC quelque soit le type de prise est un périphérique. Voilà. Et parce que j’ai aucune logique dans l’ordre de présentation, je vais procéder par chronologie de ma propre expérience.

La Souris

C’est en effet le premier morceau à avoir été remplacé. Ma vieille mais vaillante Razer DeathAdder commençait à donner des signes de faiblesse (et son utilisation en secondaire sur mon PC de boulot me confirme qu’elle ne va pas bien), je me suis donc mis en quête d’une nouvelle arme. Et comment dire qu’à l’instar des autres composants internes, le marché des périphériques gamer se porte peut-être bien, mais c’est loin d’être au bénéfice de nos portefeuilles ! Et que dire de l’omniprésence du RGB, c’est un point qui reviendra plus tard, mais mon dieu, quelle catastrophe, surtout que spoiler parce qu’on en parlera pour le clavier, mais ça fait monter les prix pour rien !!!

Je visais également un budget d’un soixantaine d’euros maximum. Malgré tout, j’avais envie d’aller plus loin d’un point de vue prestations, à savoir le nombre de boutons disponibles devait être plus élevé. Vous pouvez choisir de mettre plus, ou moins car il est possible de trouver des modèles aux alentours de 30/40€ sans se faire avoir sur la marchandise, mais comme c’est le prix que j’avais mis dans la Razer, et vu l’âge qu’elle a tenu, je cherchais un « sweet spot » identique. À part que j’ai cherché à exclure Razer autant que possible, la dernière fois que je me suis approché des pilotes, ça demandait la création d’un compte chez Razer pour pouvoir gérer ma souris.

Pardon !?

Oui oui, c’est bien pour ça que je n’ai jamais réinstallé Synapse. Une application pour gérer une souris n’a pas besoin d’une connexion permanente et surtout nominative pour faire le boulot. C’est le cas parfait d’abus d’usage du « claude » (les serveurs du fabricants quoi) sous couvert de proposer une sauvegarde dans ledit « claude » pour pouvoir récupérer ses profils de périph’ sur plusieurs PC. De toute façon, dans leur catalogue, il n’y avait pas grand chose qui correspondait à mes critères, donc j’ai cherché ailleurs. Les marques sont nombreuses, vous pourrez certainement vous équiper sans souci selon vos propres critères.

Après moultes recherches sur des modèles relativement chers (trouver plus de 5/6 boutons pour moins de 80€ c’est compliqué, même en filaire), mon dévolu s’est jeté sur la Logitech G502 Hero, la version noire, pas sa petite soeur G502SE multicolore qui est censé être identique mais dont les prix pouvaient être de 30€ de différence en défaveur de la G502 toute noire. Pour une construction qui pour moi était plus complexe sur le multicolore, j’ai du mal à comprendre. Notez que j’ai quand même réussi à la trouver à un peu moins de 60€, alors qu’elle est régulièrement 20€ plus cher. Elle est arrivé fin Janvier 2020, avant le début des hostilités en France donc, et alors que j’avais évité, je suis passé par Amazon.

Mais bref, elle a bien les boutons classiques précédents/suivants, le clic molette, cette molette a le fameux système Logitech pour la « débrayer », et deux boutons supplémentaires à côté du clic gauche. Autant je pensais le concept intéressant, j’ai un peu mis de l’eau dans mon vin parce que le clic gauche est du coup relativement étroit, et comme j’ai des gros doigts, il m’est déjà arrivé de ripper sur le bouton, déclenchant une action malheureuse (un changement d’arme en plein combat…). Il faut donc être plus rigoureux dans sa tenue du périphérique et du clic. On a aussi un bouton « sniper » bien pratique pour réduire la sensibilité de la souris quand on vise de loin dans un jeu par exemple, pour améliorer la stabilité. La souris est également moins large que la DeathAdder, mais au final on s’y fait. Autre avantage sympatique de la G502, on peut gérer son adhérence au bureau avec une série de poids pour adapter à vos besoins, avec ces poids fournis dans un petite boite en plastique hexagonale.

Enfin, le pilote. J’avais gardé un mauvais souvenir des pilotes Logitech par le passé. La « G Suite » pour les périphérique gaming a un design minimaliste, parfois un peu trop, mais j’ai quand même pu faire ce que je voulais, à savoir affecter les touches de la souris à certaines du clavier, car sans surprise, peu de jeu détectent les boutons supplémentaires en natif. On peut construire aussi des macros un peu plus vénères, le logiciel vous guide bien pour ça. Et le profil peut être stocké dans la souris. C’est important, justement, lors de la première mise à jour du logiciel Logitech, celui-ci a misérablement planté, ne démarrait plus correctement, et n’appliquait plus le profil à la souris. J’ai du tout supprimer et tout réinstaller comme le propose l’aide, et j’ai décidé de faire le profil, l’enregistrer dans la souris, et de dire au logiciel de le sélectionner au démarrage. Comme ça même en cas de gauffrage futur, hop c’est la souris qui a sa propre mémoire.

L’écran

Pour ceux qui n’ont pas une excellente mémoire (ou qui n’en avaient rien à battre, je comprend sans problème :D), mon écran principal était jusque là un 27″ 4K acheté d’occasion à Flemzord qui n’en avait plus l’utilité. En soi, il a fait le taf, à part un réglage compliqué des couleurs que je n’ai jamais réussi à affiner. Malgré tout, la 4K, même pour la vaillante Radeon RX5700XT, c’est compliqué dans des jeux récents. Bien que je ne compte pas changer de carte graphique de sitôt, j’avais quand même aussi envie de goûter aux plaisirs des dernières évolutions principalement à destination des joueurs, à savoir les hautes fréquences de rafraîchissement, 144Hz dans mon cas, et le FreeSync, qui consiste à adapter la fréquence de rafraîchissement de l’écran pour caler à celle du jeu, ce qui permet une meilleure fluidité ressentie à l’œil. Pour y arriver, pas le choix, il faut baisser la résolution, et donc repartir plutôt sur du « 2k », ou QHD qui en pratique correspond à une résolution de 2560*1440 pixels. Et là encore, je me suis fixé une limite de budget : 350€. Et si vraiment je trouve la Rolls, soyons fou, poussons à 400€

Oui, c’est cher, mais le concentré de technologies que ça demande les vaut, vraiment. Par contre, trouver un écran qui regroupe ces caractéristiques, dans cette tranche de prix, en France, c’est compliqué, même après la fin du premier confinement (l’écran a été acheté dans le dernier tiers de Septembre, livré dans un garage pas loin de chez moi). Car les prix là encore s’envolent très vite ! Heureusement, j’ai pu identifier un modèle qui ne sort pas de nulle part et a même été testé par des chaînes YouTube, le ViewSonic VX2758-2KP-MHD. À vos souhaits. On a connu mieux comme nom de produit, mais voilà, il est facilement disponible à 350€ chez TopAchat (dont les prix résistent encore un peu malgré le rachat par LDLC, qui a déjà détruit materiel.net dans le passé), et j’ai profité d’une réduction de passage pour le payer 10% de moins. Toujours ça de pris.

Dans les faits, la promesse technique est tenue, attention toutefois, la conjugaison de la plupart des technos ne se fait que via DisplayPort, par sécurité et comme de toute façon le 4K est passé en écran secondaire, j’ai racheté un câble DisplayPort validé pour les dernières générations de protocole afin de m’assurer de la totale. Le pilote AMD m’a confirmé et automatiquement activé tout ce que j’attendais de lui. Les couleurs sont par défaut bien mieux paramétrées, et je n’ai vraiment pas eu grand chose à faire. Les bordures sont super fines, ce qui est un problème quand on veut fixer une pince pour y coller son smartphone en guise de caméra ! Sinon, dans les rares points négatifs, on peut citer le pied qui n’offre que trop peu de capacités de placement de l’écran (pas de réglage en hauteur, seulement de l’inclinaison), et des boutons de manipulation de l’OSD -le menu embarqué de l’écran- qui sont bien trop mal placés pour un usage accessible. Par chance, le pied, bien que large pour garantir une bonne stabilité avec une telle dalle, est peu encombrant (pas comme celui de mon 4K). Très content de cet achat donc.

Le tapis de souris

J’en vois rire au fond, mais sérieusement, un bon tapis de souris, ça fait toute la différence. J’avais investi une trentaine d’euros il y a bien longtemps dans un SteelSeries dont je n’ai plus le modèle, mais qui avait la particularité d’être rigide, avec une sorte de « colle » sur le dessous pour l’adhérence au bureau, une surface texturée étudiée pour assurer une bonne lecture par les capteurs de la souris, et une housse de transport munie d’une petite poche pour y ranger ladite souris. Bien que je l’ai du coup mis de côté, et à part cette fameuse « colle » qui a souffert avec les années, je n’ai vraiment rien à redire, d’ailleurs bien que je n’ai pas renouvelé l’expérience de leurs matériels SteelSeries est une marque reconnue et appréciée dans l’univers Gaming, et si vous vous équipez chez eux, vous ne serez pas facilement déçus je pense.

J’avais été intrigué un peu plus d’un an avant par des modèles de tapis « XXL », qui en fait occupent tout le bureau ou presque, et qui font qu’on pose à la fois le clavier et la souris dessus. Esthétiquement parlant, c’est attrayant, et l’idée a petit à petit fait son chemin. Pas question non plus de me saigner à blanc pour ça, c’est une première expérience, et il se trouve que la marque AUKEY dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici, en fabrique un qui fait 90cmx40cm, un beau bébé donc, avec une base en caoutchouc et un dessus en tissu, le tout d’un noir sobre avec un petit logo en haut à gauche, et la marque en bas à droite. Et tout ça pour une vingtaine d’euros, j’ai également vu un concurrent à peu près aussi bien équipé chez Roccat. Amazon encore.

Une fois qu’on a rangé son bordel, le fait est qu’on a moins envie de le recouvrir de merdes diverses et variées, et ça aère du coup un bureau qui sinon s’encombre vite, même s’il parait spacieux au départ. Et la glisse est pas mal, après je sais que les produits AUKEY peuvent mal vieillir, donc on n’est pas à l’abri d’une surprise, mais j’ai gardé le carton d’emballage pour les rares fois où j’aurais à me déplacer avec. Et vous pouvez de votre côté trouver des modèles plus contenus, voire plus classiques à savoir qui ne s’occupent que de la souris.

Le clavier

En voilà un qui m’a donné du fil à retordre, et pour lequel j’ai du faire une croix sur pas mal de choses finalement. Ça fait des années que je traînais sur un Microsoft Natural Ergonomic Keyboard 4000, et si ses performances en jeu ne sont pas forcément reconnues, c’est surtout son agencement et son confort qui rendaient l’expérience incroyable lors de longues sessions de jeu. J’en étais à mon deuxième, mais malheureusement il n’est plus produit, et les rares modèles dits ergonomiques sur le marché ne sont pas spécialement abordables, ni vraiment conçus pour des usages intensifs comme le peuvent être les jeux vidéos. Et il commence lui aussi à donner signe de fatigue après plus de six voire sept ans de bons et loyaux services (quand on aime, on ne compte plus).

C’est pas fait pour être beau, mais ça fait grave le taf

J’ai quand même cherché pour les modèles ergonomiques. Microsoft en fait encore, avec le Surface Keyboard à 150€, quand il est disponible. Hors jeu pour un clavier dans lequel une fois encore je comptais éviter de dépasser la soixantaine d’euros de budget; sans même parler qu’il est sans fil. Des mois de recherche, de vidéos YouTube, et je me décide à faire mon deuil d’un agencement ergonomique pour repasser sur un « pavé » plus classique. Et surtout, d’enfin tester les claviers dits mécaniques dont tous les gamers parlent. Sauf que… C’est méga cher !!! Enfin ça devient vite super méga cher. Et là encore, c’est vite la foire au RGB qui gonfle la facture pour rien, parce que quand on joue, les yeux sont sur l’écran, pas sur le clavier. Au mieux on peut apprécier le rétro-éclairage souvent exploité hors jeu, et comme le clavier va devoir aussi servir au boulot, tant qu’on est pas en capacité de retourner au bureau sans risque de choper la mort, et pour avoir ce rétro-éclairage sur le Lenovo, en faible luminosité on apprécie, vraiment.

J’ai failli jeter mon dévolu sur le Corsair K63, qui a la particularité d’être « TKL », soit Ten key Less, à savoir sans pavé numérique. Il était censé être moins cher, avec des switches Cherry MX rouges qui semblent les plus équilibrés pour des usages mixtes comme je le cherche. Seul souci, actuellement j’ai un repose poignet intégré, donc j’aimerais pouvoir en bénéficier aussi, il y en a bien un vendu séparément qui est proposé par Corsair mais pas en Europe semble-t-il, en tout cas pas en France. Le modèle au dessus, le K68, avec pavé numérique, en version rouge aussi, est fourni avec un tel accessoire que je recommande vivement. J’ai donc voulu voir comment ce dernier était distribué en France. Avoisinant les 100€, il était clairement hors budget, mais était bien distribué. Comme ce n’était pas non plus l’urgence absolue, j’ai laissé passer Noël (j’avais d’autres cadeaux à commander à ce moment-là). Que n’avais-je pas fait là !

Après Noël, et j’ai pu le constater pour un nombre incroyable de références de périphériques et de composants, les stocks sont vides, les ruptures sont nombreuses et fréquentes, tout semble arriver au compte-gouttes chez les vendeurs. Pas de bol, vu que les autres modèles à base de switches MX Red sont beaucoup plus chers, y compris la version RGB du K68 qui tape facile les 150 balles, je vous avais prévenu que le RGB coûtait cher pour rien, je me retrouve avec un produit en rupture partout sans visu sur le réapprovisionnement. Fait important, j’avais une carte cadeau Amazon à utiliser, et j’ai tenté au final une commande à l’occasion d’une petite baisse de prix qui l’annonçait à 85€, oui, même sans disponibilité. J’ai passé commande, j’ai patienté, j’ai donc payé 35€ mon clavier, et chose surprenante, j’ai été prévenu de sa livraison particulièrement tard, car le matin même ! (petit souci sur le mail d’expédition).

Ce gaillard pèse son poids, 1,8kg le carton présenté par le livreur, par contre, emballage plus que minimaliste, à savoir Amazon n’a pas pris la peine de protéger un minimum le carton et a collé ses étiquettes de livraison direct dessus. Il n’y a même pas d’adhésif de protection sur la fermeture carton, il aurait pu être vidé et remplacé par une merde comme ça s’est déjà produit chez certains… Autre point un peu décevant, un des clips de fixation du repose-poignet était cassé dans le sachet d’emballage. Un coup de colle cyanoacrylate en gel, un peu de patience, et roulez-jeunesse. J’ai quand même serré les fesses au moment de fixer le bazar, et il faudra que je pense quand même a faire attention dans le futur. Ce repose-poignets est un peu léger, comprendre un peu court, mais c’est surtout à cause du gabarit de mes grosses pattes, pour des plus petits formats il remplira son office. La surface qui se veut un peu anti-adhérente mais qui n’est qu’un bosselage en plastique par contre, détonne un peu avec la qualité du reste du clavier.

Ce poids, mes amis… au moins il ne bouge pas sur le tapis géant. Dix minutes de rédaction me font par contre bien regretter l’agencement du clavier Microsoft, ça tire dans les poignets et dans les doigts. Bon pour ces derniers c’est aussi en partie à cause des fameux switches. C’est qu’elles sont hautes les touches par rapport à avant, par contre, la frappe est franche, le retour direct, par contre, je ne sais pas qui a dit que c’était silencieux du MX rouge, mais tcheu, ça claque sévère. Moi qui ait l’habitude d’utiliser la détection de voix dans Teamspeak, j’ai du rehausser le seuil pour éviter les activations inopinées à cause du bruit. Et si je parle alors que je suis en déplacement intense, c’est pas agréable pour les gens qui m’écoutent. Pour jouer et reposer mon poignet, du coup l’incline le clavier d’une vingtaine de degré (mesure d’une précision pifométrique évidemment), ça permet de garder le poignet droit dans le prolongement de l’avant-bras, qui était un avantage du clavier ergonomique. Sinon, les touches sont un peu resserrées, mais dans les premières heures je ne me sens pas faire beaucoup plus d’erreurs dans les frappes avec mes gros doigts, en tout cas je m’attendais à en faire beaucoup plus que ça 😀

Le rétro-éclairage est contrôlable par un bouton physique qui permet de moduler sur trois niveau ou de l’éteindre. il est rouge sur toute la surface (il s’appelle pas Red pour rien), et je dois avouer que ça me plait. J’en viendrais presque à modifier le profil de la souris pour que la lumière verte soit remplacée par le rouge équivalent, histoire d’être raccord sur le bureau. Quelques touches multimedia sont aussi présentes, contrôle du volume, bref, on est sur de la fonction de base, mais parfaitement maîtrisée. Et tout ça, sans avoir besoin de logiciel compliqué/lourd/plantogène/connecté de mes deux.

NB : vous voulez une mauvaise blague ? Alors que j’avais déjà fait mon deuil des claviers ergonomiques, je découvre que depuis fin octobre (oui la réflexion a été longue), Microsoft propose une nouvelle version de son clavier Ergonomic Keyboard, plus sombre et sans boutons inutiles (comme la targette de zoom qui ne fonctionnait qu’avec le pilote de toute façon…), pour 25€ de plus, tranquille. J’avoue que je rage un peu du coup…

La webcam

Eh oui, avec ces périodes compliquées de travail à distance et d’absence de déplacements familiaux pour ne pas contribuer à faire circuler et donc muter un virus qui va finir par vraiment devenir méchant si on n’arrête pas nos conneries à ne pas fermer les écoles, c’est important de pouvoir se voir à travers un appareil dans de bonnes conditions. Alors évidemment, oui on a tous des smartphones, et même Telegram permet de faire des appels visio désormais, mais bon, tenir le machin à bout de bras, j’ai donné, c’est quand même mieux sur un PC.

Le marché a beau avoir repris un peu du poil de la bête, il est surtout découpé en deux catégories principales : Logitech et certains acteurs gaming qui font du matos haut de gamme (on parle de plus d’une centaine d’euros quand même, voire beaucoup plus), et une armée de clones chinois de la C920 du même Logitech. Finalement, et comme c’était Noël, je me suis fait offrir la AUKEY PC-W3, cousine de la PC-LM1 que j’avais moi-même offert à ma maman pour son anniversaire pour remplacer l’horreur de son laptop. Pas parfaite, mais avec un angle de prise de vue assez impressionnant pour son prix, une bonne fluidité à 30 images secondes en FullHD, le tout sans avoir besoin de pilotes dédiés, et tout à fait exploitable sous Linux. Mais une cinquantaine d’euros quand même, pour une image assez granularisée…

Et le casque ?

Ah, oui un autre morceau, le souci, c’est que pour celui-là, je n’ai pas encore fait mon choix. Pour faire l’état des mieux, j’utilise un Logitech G930 acheté d’occasion à Arowan qui n’en avait plus l’utilité. Un caque sans-fil donc, avec un récepteur USB de la taille d’une clé USB de stockage classique, mais qui est aussi fourni avec une base de branchement USB déportée, avec aussi un câble pour rebrancher le casque pour le recharger. En ce moment il me sert aussi pour le boulot car mon Jabra Evolve 65 qui a coûté à peu près aussi cher est déjà en souffrance au niveau de la batterie.

Ce casque m’a causé bien des soucis, encore une fois à cause de la gestion des pilotes par Logitech. C’est bien simple, en fonction de la version des pilotes, le son est bridé, et parfois les volumes du micro ne sont pas stables. Ce souci de stabilité du volume, je l’ai aussi avec le pilote « Windows », enfin ceux de Logitech minimalistes fournis via Windows Update. Je suis quand même resté sur celui-ci, avec des contrôles via les panneaux windows classiques, ça fait le taf. Mais les coussinets en simili-cuir sont en train de se désagréger, et j’ai envie de renouveau comme on a pu le constater, donc je cherche un remplaçant.

Une fois de plus, les candidats sont certes nombreux, mais leur prix est particulièrement élevé. Le sans-fil se fait payer bien cher, mais même en filaire il n’est pas rare de dépasser la centaine d’euros pour un casque qui n’a pas forcément d’attrait extraordinaire. Le RGB est un peu moins présent mais pas absent pour autant, et le support logiciel ne fait pas toujours envie. D’autant plus que sur certains, les retours sur la qualité du micro fait penser à la honte que sont encore les webcams embarquées sur laptop en 2020/2021 quand on voit la densité atteinte par les capteurs sur smartphone. Je n’en suis pas encore à prendre un micro indépendant sur bras, je ne fais pas de podcast et vous avez remarqué la fréquence de publication de vidéos ici (et donc sur YouTube), ça ne se justifie pas pour l’instant 😀

La réflexion est donc toujours en cours, bien sur, une fois de plus, et notamment en filaire, il est possible de s’équiper à pas cher pour une prestation pas trop dégueu, hors micro comme je l’ai dit où c’est un peu la loterie, quand on regarde les avis c’est parfois contrasté.

La photo, la photo !

Sans plus de commentaires, à part que j’ai quand même rangé le bureau pour la photo (et que j’ai refait un nombre incalculable de fois à cause des petits détails oubliés ou des angles de vues peu glorieux) :

J’ai même changé la couleur sur la souris pour coller à celle du clavier 😛

Qu’en retenir ?

Déjà, n’achetez pas sur un coup de tête, avec les zozos du marketing, vous vous ferez certainement rouler dans la farine d’une manière ou d’une autre; ça s’applique notamment aux fausses promotions, pour les prix sur Amazon il existe par exemple le site CamelCamelCamel qui trace l’historique des prix. Où l’on se rend compte que le Black Friday, en France, pourrait se voir plus souvent au tribunal pour pratique frauduleuse. Pensez bien à vos usages en premier lieu, quitte à en privilégier certains plutôt que d’autres qui resteront toujours possibles (une souris gamer permet parfaitement de faire de la retouche photo par exemple), prenez le temps de lire des tests, des comparatifs, et même si les débats autour des avis clients falsifiés sont toujours vifs, vous pouvez quand même vous faire une certaine idée, surtout de ceux qui en parlent une fois le produit éprouvé. Oui parce que j’ai déjà vu des avis notés 5 étoiles sur un produit qui n’est même pas déballé, les personnes notent donc la livraison… En tout cas, c’était mon mode de réflexion pour le choix des composants de la tour, et je n’avais pas de raison de changer pour les périphériques. On constate cependant que j’ai relâché mon attention et qu’Amazon a fait un retour en force dans cette « fin de projet ». Le fait est qu’entre prix et disponibilité, ben c’est pas compliqué…

Là où ça devient plus compliqué par contre, c’est quand on multiplie les sources d’avis et de tests qui viennent notamment de l’étranger, en particulier l’Amérique du Nord qui est bien plus arrosé que nous en matière de références tech, sans parler des différences assez importantes entre les États sur les prix. Avec une TVA d’enflure à 20% et d’autres taxes d’importation parce que la plupart des produits, c’est une réalité, sont fabriqués en Asie, la facture grimpe très vite dans nos contrées. Quand on voit le prix du fameux casque Apple à 625€ chez nous alors qu’il est annoncé à seulement 550$ outre-Atlantique, on se pose des questions. 20% de TVA plus les taxes d’importations sur les produits électroniques, c’est cadeau. Même logique sur un iPhone qui en plus se prend une taxe Copie Privée parmi les plus abusives d’Europe, et vous avez une recette du pigeonnage à la française. On va dire que c’est mieux que rien, sauf que quand vous êtes tout content d’avoir enfin trouvé le modèle qui vous conviendrait, et que vous découvrez qu’il n’est pas commercialisé en Europe et donc en France, ben ça rage facile, et j’ai eu le tour deux/trois fois comme ça, y compris sur la question du prix pour certains écrans qui explosent chez nous.

Ajoutez à ça une période compliquée mondialement où c’est la valse du confinement/déconfinement, pour ma part ça fait 9 mois que je suis en télétravail et que je ne sais pas encore quand je retournerai au bureau, la disponibilité des produits et donc les prix qui les accompagnent rendent tout achat compliqué. N’hésitez donc pas à surveiller les fréquentes promotions des différentes enseignes, ça peut s’avérer payant (c’était facile). Si vous n’avez pas une mobilité compliquée, et en fonction des enseignes, vous pouvez passer commande pour un produit qui n’est pas en stock, et patienter, c’est ce que j’ai fait pour le clavier (mais aussi une boite de Lego mais c’est encore un autre sujet ça…), ça permet d’acheter à un instant T, profiter d’un prix avantageux, et si jamais vous voyez une meilleure promo, tant que la commande n’est pas livrée, vous pouvez en théorie l’annuler pour repasser au meilleur prix.

Ah tiens, oui, le prix. Si on part du principe qu’on monte tout de zéro, en reprenant le prix « 2019 » de la tour, parce que certains prix sont bien remontés en 2020, à savoir un peu moins de 1300€ hors promos, et en suivant la même logique, on va reprendre les prix d’achat de base des périphériques à l’instant T et refaire un joli tableau :

PC 1268,34
Écran Viewsonic VX2758-2KP-MHD 349,99
Clavier Corsair K68 RED 84,99
Souris Logitech G02 Hero 57,39
Tapis AUKEY Tapis de Souris XXL 19,99
Casque/Micro Corsair HS70 Pro Wireless – Carbone 104,99
Webcam AUKEY Webcam 1080P Full HD 48,99
TOTAL 1934,68

Ouais, ça fait un sacré budget, 600€ rien que pour de l’externe. J’ai inclus la simulation d’un casque micro sans-fil pas trop dégueu, même s’il n’est pas forcément la cible définitive, il est dans la gamme de prix que je vais devoir m’attendre à mettre dans le remplaçant du Logitech.

Alors attention, il est tout à fait possible, en fonction de la cible de confort de jeu, de durée de vie de la plateforme, etc, de viser beaucoup moins cher sur l’ensemble, et je pense qu’on peut quand même baisser de plus de 30% ce montant en faisant l’impasse sur certains éléments. Déjà la configuration qui vise un confort dans les résolutions QHD+, en se contentant du FullHD c’est déjà facile de baisser les prix des composants, on fait facile un -30%. Le casque, en filaire, peut couter moitié moins, dans le même esprit pour l’écran où des modèles 24″ Full HD sont tout à fait potables aux alentours des 200 boules. La souris est peut-être le composant le plus difficile à « réduire », le clavier est évidemment un élément qui permet d’être remplacé facilement par un modèle plus standard à membranes au prix beaucoup plus contenu, le tapis peut être dispensable pour certains dont les jeux ne souffriront pas d’un tapis de souris « Licorne » NoName acheté à Auchan (déconnez pas, ma mère en a un justement), tant qu’il propose une surface confortable. Faites aussi une croix sur la webcam si vous n’en avez pas l’utilité, c’est toujours ça de gagné.

Mais pour certains éléments et notamment les périphériques, ça sera au prix d’une durée de vie peut-être moins longue; on le voit pas mal de mes « outils » sont bien vieux même si souvent toujours vaillants, pour la tour, une configuration initiale contenue sera plus vite contrainte de faire une croix sur certains éléments de qualité visuelle pour rester fluide sur des jeux poussés. Tout est une question de choix, encore et toujours, le budget n’étant là que pour valider ce qu’il sera possible ou pas de faire. Et encore, on parle ici uniquement de neuf, si on est prêt à faire le pari de matériel d’occasion, là, les possibilités de bonnes affaires sont décuplées, par contre, il est difficile de chiffrer comme ça au doigt mouillé ce que ça pourrait donner dans un contexte similaire au mien. Mais ça reste tout à fait envisageable.

Je vous ferai pas un article sur le casque, mais voilà, nous sommes donc au bout d’un voyage qui finalement aura pris plus d’un an, moins évidemment si on ne cumule que les phases actives de recherche/achat/montage. Et qu’on exclut la phase confinements qui va encore potentiellement servir en 2021, au moins une fois si on réfléchit une seconde à la débilité du couvre-feu à 18h qui le samedi va pousser l’intégralité de la population dans des grandes surfaces, qui vont les laisser rentrer forcément pour survivre financièrement, au grand dam de ceux qui pensaient qu’ils faisaient encore semblant de compter le nombre de personnes max dans leurs dites surfaces. Prenez soin de vous, restez prudents, et dès que vous le pouvez, faites-vous vacciner !

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
frangipane Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
frangipane
Invité
frangipane

Salut, belle configuration, ça me rappelle la première fois que j’ai acheté mon pc gaming 😅 👴

pour le bruit des touches cherry MX j’ai mis des élastiques O-Ring
Ça réduit la longueur de frappe et amorti l’impact

https://www.amazon.fr/ENHANCE-Clavier-M%C3%A9canique-Switches-Cherry/dp/B01LZ4LNUF

C’est un peu long à mettre sur chaque touche mais je trouve que ça vaut le coup, surtout pour les cherry MX red,
Pour ceux qui hésite a entre les différents cherry MX il existe des testeurs avec toutes les couleurs pour essayer (les bleus sont particulièrement bruyant mais aussi très agréables 😅)