Linux dans votre vie quotidienne

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 4 ans 8 mois 6 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

Je me permet de reprendre le titre de l’article humoristique de MaVieLinux, mais sans l’aspect humour. C’est à dire que je vais vous présenter plusieurs cas d’utilisation de « Linux » (au moins le noyau) dans le monde réel. Vous allez voir qu’on pourrait lui aussi l’appeler Big Brother (ou presque) 🙂

Les smartphones/tablettes

C’est devenu, en un temps record, le cas d’utilisation le plus courant du noyau Linux au sein d’un appareil grand public. Android repose en effet sur le noyau créé par Linus Torvalds, et il est adapté, optimisé pour les puces qui sont embarquées dans les bestioles. Je mets les deux types d’appareils dans le même panier parce que leur conceptions sont strictement identiques, à la différence de la taille.

À noter que Google a recensé plus d’un milliard d’activation de smartphones Android en 2014.

Les bidulebox Internet

La majorité des Livebox en circulation, des Neufbox (au moins jusqu’à la version 4), des Freebox (y compris la toute dernière Mini 4K, reposant sur… Android TV), des BBox Miami (qu’on commence seulement à voir apparaître) utilisent elles aussi un noyau Linux, à même de tourner dans de bonnes conditions avec les contraintes matérielles de ces appareils (peu de puissance de calcul, peu de mémoire vive).

Une majorité écrasante de serveurs (pas que) Web

Que ce soit pour Apache ou Nginx, Linux est pratiquement toujours aux commandes des machines qui les font tourner. Les grandes « firmes » y ont aussi recours : Facebook, Google, Twitter… Toutes ont construits leurs infrastructures avec des logiciels libres, y compris le noyau même des OS de leurs serveurs. Parfois avec des contributions directes, parfois pas, ce qui est dommage.

Fait amusant, avec les technologies de virtualisation de Microsoft qui ont eu un certain succès (leur plateforme Azure), ces derniers ont développé des pilotes pour le noyau Linux afin qu’il tourne au mieux dans les machines virtuelles du système de Redmond 🙂

La gendarmerie Nationale

Bien que Jean-Marc Ayrault aie signé la circulaire logiciels libres et formats ouverts de documents (ceux gérés par LibreOffice et OpenOffice, entre autres) en 2012 , les postes de travail sous Windows sont encore majoritaires au sein de l’administration. C’est un peu moins le cas des serveurs nécessaires à leur bonne gestion en réseau, mais le cas le plus parlant, c’est la Gendarmerie Nationale.

À l’inverse de l’armée qui continue à offrir les fesses de la Défense Nationale à Microsoft, sous prétexte d’inter-opérabilité avec l’OTAN (on croit rêver), nos « képis » (couvre-chefs qui ont été remisés du service en 2006, mais pas des cérémonies) ont d’abord massivement déployé des solutions logicielles libres sur des postes Windows : OpenOffice, Thunderbird (auquel ils ont carrément contribué, pour en améliorer un peu la sécurité), Firefox… Avant de basculer l’intégralité des postes de travail (les serveurs étaient déjà sous Linux) sur la distribution Ubuntu Linux. On dira ce qu’on voudra du choix de la distrib, le fait est que ce n’est plus Windows qui propulse majoritairement leurs PCs désormais, bien qu’on puisse encore le voir sur certaines machines qui n’auraient pas encore eu le traitement qu’elles méritent (ils ne s’arrêtent pas non plus de fonctionner du jour au lendemain), ou des appareils embarqués qui sont reliés aux radars, dont les logiciels ne sont développés que sous Windows; on ne peut pas non plus changer tout le monde d’un seul coup, ça serait trop beau…

Les « Smart » TVs

Par extension des smartphones, plusieurs modèles de TVs dites intelligentes embarquent, à l’image de la Freebox Mini 4K, Android TV, qui n’est rien d’autre que l’adaptation d’Android pour les TV. Et comme toute variante d’Android, ça tourne avec un manchot à l’intérieur 🙂

Les voitures

Sans même parler d’Android Auto, Apple Car Play, etc… Les voitures « modernes » embarquent une quantité toujours plus importante d’électronique et de fonctions « intelligentes » ou tout simplement complexes, y compris au niveau de la gestion du moteur. Très souvent, et même si ça n’apparaîtra jamais sur la fiche de vente du véhicule, l’ordinateur principal orchestrant toutes ces fonctions utilise un noyau Linux. En effet, il est possible de le faire fonctionner dans un mode dit « temps réel », un faux-ami puisqu’il consiste à garantir le temps d’exécution d’une commande plutôt qu’à tout bourrer dans le désordre comme un gros cochon (ce qui serait dommageable pour le fonctionnement d’un moteur ou de l’assistance au freinage par exemple).

Et bien d’autres encore

Smartwatches (sous Android Wear), liseuses, et de manière générale objets connectés (frigos, slibards, que sais-je encore), nombre de ces appareils embarquent ou embarqueront certainement un noyau Linux, car il est particulièrement souple, adaptable, léger, gratuit, autant d’atouts qui permettent en plus de gagner du temps pour le développement d’un nouveau dispositif. Donc même si ceux-ci ont de nombreux défauts, que nos bons vieux PCs doivent encore subir Windows (qui est en train de s’améliorer tout en introduisant d’autres défauts), Linux est (presque) partout, et moi j’aime bien 🙂

3
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
GamernewSeboss666 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
Gamernew
Invité
Gamernew

Je trouve que linux évolue de plus en plus vite depuis ses dernières années. Une preuve de plus avec les détails de votre article.