Le #CelebGate, l’occasion d’un bon rappel à l’ordre pour tout le monde

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 4 ans 8 mois 16 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

Pas mal de choses ont été dites sur ces photos dévoilées, qui sont parfois particulièrement intimes. Malheureusement j’ai un peu de mal avec le traitement qui en est fait avec la plupart des médias, qui tapent en grande partie à côté des problèmes réels. Si Reflets a déjà commencé à faire le ménage (en rappelant qu’on a fait fermer un hébergeur associatif pour ça, pour une seule personne, alors que Google permet de retrouver les photos…), essayons de voir la chose sous l’angle qui convient.

Je vais d’abord être clair : oui, j’ai regardé ces photos. Quitte à en parler, autant savoir de quoi on parle. Et effectivement, la plupart de ces photos n’avaient pas à se retrouver à la vue du monde. Et non, vous vous débrouillerez tous seuls pour les trouver. D’ailleurs, l’endroit d’où elles ont été récupérées est aussi la raison pour laquelle je me suis décidé à en parler plus longuement que quelques tweets (un seul pour ma part avant cet article, voir mes retweets pour les autres). J’y reviendrais tout à l’heure.

Non, ce n’est pas un hacker qui a récupéré les photos

Oui, le salopard est manifestement suffisamment doué pour s’être introduit frauduleusement sur iCloud, la plateforme d’Apple de stockage en ligne. Mais ce n’est certainement pas un hacker, comme on a pu trop souvent le lire. Un Hacker, un vrai, en trouvant comment s’y introduire, aurait contacté Apple d’abord pour leur indiquer le problème afin qu’il le corrige. Et peut-être même qu’Apple aurait lâché un petit billet pour le remercier. Non, là le type s’est procuré un accès détourné, et a copié sans autorisation des dizaines de photos et vidéos dans le but d’en tirer un profit en opérant un chantage auprès des victimes. Car même si j’ai du mal à les appeler comme ça, elles sont victimes quand même. Photos, cartes de crédits, documents privés, à chaque affaire de ce type, le résultat est le même : l’attaquant n’est ni plus ni moins qu’un « pirate » criminel, point barre. Pas un Hacker au sens premier du terme. Et il reste indéfendable. De l’autre côté de la balance par contre…

Les victimes le sont-elles vraiment ?

Oui, je viens de dire que j’avais du mal à les appeler victimes. Non pas que je sois adepte du complot des victimes « consentantes », qui atteste qu’elles cherchent à gagner un peu d’attention au prix de leur corps (et parfois normalement de ce qui devrait rester privé au point de n’être vu que par l’être aimé). Là, vous pouvez tout de suite arrêter de lire si vous ne cherchez qu’à en savoir plus. Non, ce qui me gêne le plus, c’est que ces photos n’ont pas été volées directement sur les téléphones des personnes visées, mais bien sur un espace de stockage en ligne, donc pas sous leur contrôle.

Et c’est bien là le vrai problème. Si ces photos sont privées, qu’est-ce qu’elle foutaient chez Apple ? Ils ont beau proposer un espace de stockage en ligne, ce n’est pas leur cœur de métier, et de toute manière, la sécurité et la confidentialité des données qui transitent par leur service n’a jamais été leur priorité (à ce sujet, Google n’est pas mieux loti, et on aurait probablement autant à en dire de Microsoft). La fonction première d’iCloud est de partager les documents entre les appareils Apple. Pas d’empêcher le fait qu’ils soient visibles par d’autres personnes que leurs propriétaires. Donc les stars qui se retrouvent à poil n’avaient normalement aucune raison de stocker ces photos chez Apple (le savaient-elles seulement d’ailleurs, quand Mary Elizabeth Winstead pensait avoir supprimé ses photos il y a quelques temps maintenant ?).

Si là encore, au vu de l’étroitesse d’esprit de la plupart des gens, je me dois de rappeler que je suis d’accord avec le fait de condamner les méfaits comme je l’ai dit plus haut, je me refuse à compatir pleinement avec les victimes (oui j’ai pas trouvé d’autres mots, alors on va rester dessus). Et si les femmes sont certainement les premières victimes de telles atteintes, ne pensez pas que les hommes soient épargnés; c’est d’ailleurs par le compte du petit ami de Kate Upton que les méfaits ont pu être commis, même si la source de certaines photos reste incertaine. Quand des données doivent être privées, il faut les traiter comme telles. Les neuneus qui pensaient les messages privés sur leur mur Facebook ont pourtant déjà appris à leurs dépens que ne pas avoir le contrôle dessus peut coûter cher. Et le premier des traitements est donc de garder ces photos dans un endroit sous contrôle, ce qui n’est pas le cas d’iCloud. Les plus médisants diraient qu’un iPhone n’est pas non plus sous notre contrôle, et ils n’auraient pas tout à fait tort. Mais FirefoxOS n’est pas encore prêt pour la masse.

Une éducation massive globale est nécessaire

De la même manière que Benjamin Bayart milite en ce moment pour une éducation à l’expression en public (puisqu’Internet permet enfin d’appliquer la liberté d’expression pour tous), ou que de plus en plus d’étudiants en journalisme réclament des formations aux outils permettant de protéger leur travail par Internet, il faut plus que tout éduquer la totalité de la population, aussi bien parents qu’enfants, sur les bonnes pratiques à utiliser pour ne pas se retrouver dans la situation de nos stars.

Arrêtez une minute de ne regarder que la facilité et la gratuité des services qui vous sont proposés : d’année en année, le coût réel (profilage à outrance qui bientôt pourrait vous coûter plus cher en assurance) et le pouvoir que vous donnez à ces sociétés sur vos vies devient trop gros. Ne pas utiliser Internet n’est pas la solution non plus. A chaque fois qu’une histoire de photo ou de sextape dévoilée apparaît, c’est la même rengaine de la part des puritains et gros nœuds (qui se confondent parfois si ce n’est souvent) : les personnes ont tout à fait le droit de faire ces photos et vidéos, chacun est libre de faire ce qu’il veut chez soi, de manière privée. C’est justement ce qu’on fait pour que ça reste privé qui compte. S’auto-censurer en ne faisant pas les photos n’est certainement pas un bon point pour la liberté de la pensée.

Un permis Internet à redéfinir ?

En ce sens, le permis internet mis en place par Axa (qui prêche en partie pour sa paroisse comme d’habitude) tape largement à côté, mais l’idée de départ est pourtant bonne. Comme le dit Stéphane Bortzmeyer sur son blog tout moche (cadeau 🙂 ), si l’on a bien passé le permis de conduire pour notre voiture devenue vitale, il n’est pas idiot de tenter un tel programme pour l’utilisation d’un ordinateur et surtout d’Internet. Seulement il faut le faire autrement que par la peur (on ne vous fait pas peur en apprenant la conduite), ce qui ne donne jamais de bons résultats.

Internet n’est peut-être plus depuis longtemps le monde des Bisounours que ses concepteurs pensaient obtenir (on a des chats et des licornes, c’est déjà pas mal), ce n’est pas non plus un univers qui ferait passer le Far West pour un paradis. Après l’apparition des banques, les premiers braquages ont eu lieu. Il n’est pas étonnant dès lors de voir les malandrins s’attaquer aux coffres-forts numériques désormais (même si celui d’Apple est en bois). Ce n’est pas pour autant la décadence totale. Pas besoin d’Internet pour ça, y’a qu’à voir le gouvernement actuel.

Le premier maitre à bord, ça ne doit être que vous

Bref, on peut utiliser Internet pour communiquer des données privées à ses proches. Mais pour ça, il faut des outils spécifiques, et les stockages en ligne dits grand public ne sont clairement pas destinés à ça. Parfois ça ne se résume qu’à rendre les données illisibles par le commun des mortels et malgré tout les faire transiter par de « vieux » outils (pour les moins érudits dans le domaine, le courrier électronique existait déjà avant Internet tel qu’on le connaît). Apprendre à chercher et utiliser quel outil choisir pour quel usage, c’est ça, à mon sens, l’essence de ce que devrait contenir le programme d’un vrai permis Internet. Apprendre à garder le contrôle de notre vie, au travers de nos données, et apprendre à ne pas faire confiance aveuglément à des sociétés dont le fond de commerce est justement votre vie. Parce que les outils existent déjà la plupart du temps, même si actuellement on cherche à en faciliter l’usage et/ou la compréhension, voire à repenser l’usage de technologies existantes, tel CaliOpen.

Il ne tient qu’à vous de garder le contrôle. Si vous n’êtes pas prêt à faire cet effort pour que votre vie vous appartienne, arrêtez de pleurnichez quand ceux à qui vous la confiez merdent avec. Agissez, et dans le bon sens. Vous n’empêcherez jamais les méchants de faire leur boulot de méchant. Vous avez les moyens de faire votre boulot de gentil correctement. Et surtout, de montrer aux autres comment faire, une fois que vous avez appris. Si les vrais criminels se partagent leurs outils (souvent contre monnaie, mais c’est pas la question), pourquoi les potentielles victimes ne se partageraient pas les bons usages ? Les intolérants au gluten le font bien pour continuer à manger sans souffrir…

9
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
7 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Tom23Seboss666K-AndroidGG Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
K-Android
Invité
K-Android

Payer mon fournisseur internet c’est quand même pour avoir accès a des services gratuit sur le web sinon tout serait payants et on aurait pas les moyens si ? Pas moi . Sinon bon article et bien fait pour les stars 😀

Seboss666
Invité

Je n’ai jamais dit qu’on devait payer pour tout. Seulement rien n’est gratuit, et à partir du moment où toi tu ne paie pas directement, il faut absolument te poser la question du sérieux de la confiance que tu es prêt à accorder au service, surtout sur ses sources de financement. Comme j’ai dit on n’est pas dans un monde de bisounours. Exemple, j’ai encore appris aujourd’hui par Twitter qu’hier, alors que je m’étais servi de mon smartphone Android pour éviter de passer par Paris pour rentrer en France, Google s’était donné le droit d’enregistrer les positions GPS. Sans mon… Lire la suite »

K-Android
Invité
K-Android

Très bonne réponse , oui ton message m’a fait réfléchir mais comment éviter leurs services alors qu’il n’y a que eux ? Les autres services son minable comparé à ceux de google .
Sinon quand je dis que quand j’aimerais bien que cela reste du gratuit c’est que dès qu’il y a un service qui est premium (aussi gourmand que google) et que tu vois le prix cela n’est pas normale non plus . De toute façons tu peux faire confiance à personne sur le web que se soit payant ou gratuit .

Seboss666
Invité

Disons qu’il faut être prudent sur le web comme dans la vraie vie. Regarde, j’ai choisi, et d’une certaine manière je force les gens, à faire confiance à Disqus pour gérer les commentaires du blog afin qu’on puisse discuter. Ça n’a pas été une mince affaire que de prendre la décision. Mais sachant que je n’avais pas confiance dans mes propres compétences pour protéger correctement et le plus efficacement possible les infos qui accompagnent les commentaires, sans parler de lutter contre le spam (j’ai tenté l’affaire une semaine, j’ai encore des choses à apprendre), j’avais donc un choix à faire,… Lire la suite »

K-Android
Invité
K-Android

Merci , je serais intéressé si tu pouvais faire des articles sur la vie privé et les alternatives qui existe . Bonne nuit .

Seboss666
Invité

Vaste sujet, et surtout, si plusieurs des outils existent dans différents domaines, je n’ai pas forcément eu l’occasion de les tester. Et j’essaie essentiellement de ne parler que de ce que je connais.

Mais je garde l’idée, « des fois que » comme on dit 😉 (ça pourrait aller en parallèle d’un projet d’article sur la suppression de Google dans nos vies)

Tom23
Invité
Tom23

Tant de choses à dire et j’arrive si tard… Seboss666 résume (par ses longues réponses) pas mal l’état des choses. J’ajouterai juste que oui les gens concernés par ce vol de photos sont des victimes. Mais elles sont aussi en partie responsables de ce qu’il leur arrive. Pour moi ces services ne sont pas gratuits. La monnaie utilisée pour le paiement sont tout simplement les données que l’on met dessus et qui ne nous appartiennent plus. On offre nos données aux GAFA, ils les utilisent pour NOUS vendre de la pub ciblée et gagner leur vie. En échange ils acceptent… Lire la suite »

GG
Invité
GG

Alors, comme promis, mon avis. La distinction hacker/criminel… ma foi je suis pas une habituée du sujet, ça me donne envie d’en savoir plus. Affaire à suivre. Ce qui me gêne, le coeur du sujet, « les victimes en sont elles vraiment ». Je dis OUI, bien sur. Si on me vole ma voiture, même si je l’avais garée sur le trottoir et pas dans mon garage, c’est la faute du voleur et pas la mienne. Je comprend ton argument. « Quand des données doivent être privées, il faut les traiter comme telles ». Toi ça te parle, parce que c’est ton domaine. Moi,… Lire la suite »

Seboss666
Invité

Tu vas vite comprendre pourquoi il n’y a pas besoin d’être « dans son domaine » pour réfléchir dessus. De tous temps, les gens ont fait ce genre de photos, bien avant l’arrivée des smartphones et du numérique. Imagine une seule seconde, sans numérique : aurais-tu fait confiance à ta boutique locale pour développer de telles photos ? Les rangeraient-tu à côté de celles de ton petit diable adorable de fille dans ton portefeuille, potentiellement à la vue de tous ? Non. Passer au numérique n’y change rien, et devrait d’autant plus faire réfléchir, vu la facilité et le volume de données… Lire la suite »