Migration Ep1 : Réflexions

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 6 ans 24 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

J’ai entrepris de basculer mon pc portable sous Linux (que j’utiliserais pour raccourcir GNU/Linux). Il ne s’agit pas vraiment d’une volonté de découvrir, mais enfin d’utiliser un système le plus libre possible sur une machine qui l’est pratiquement. Un système qui me fait de l’œil depuis plus de dix ans (2002, donc oui, plus de dix ans), mais qui n’a jamais vraiment voulu marcher sur le matériel que j’avais jusqu’ici (et compiler à la main un pilote de carte réseau, ou une table DSDT ne fait pas très 2013, même pour un habitué à ligne de commande comme moi). Hors il se trouve qu’au vu des tests récents que j’ai pu mener, grâce aux LiveUSB, il se trouve que Linux conviendrait mieux d’un point de vue stabilité que Windows; la faute à certains pilotes qui occasionnent des freezes aléatoires qui m’énervent au plus haut point. Alors autant se jeter à l’eau.

Les bons programmes pour les bonnes données

Mais une telle migration ne se fait pas sans encombre. Il faut préparer le terrain, et si on veut avoir un matériel déjà opérationnel après l’installation, il faut vérifier que toutes vos données seront exploitables. Et surtout, en tant qu’outil de travail, il faut s’assurer que vous trouvez autant d’outils équivalents que ce que vous avez. J’ai cette chance que j’utilise déjà pas mal de logiciels open-source, qui sont déjà multiplateformes, donc la transition sera très simple :

  • Firefox
  • Thunderbird
  • VLC
  • GIMP
  • OpenVPN
  • LibreOffice
  • jDownloader
  • Deluge
  • NMap
  • Virtualbox

D’autres programmes, non libres eux, mais non remplaçables pour l’instant, sont aussi multiplateformes :

  • Steam
  • Skype
  • Teamspeak

D’autres, enfin, vont devoir trouver des remplaçants. J’ai cherché, j’ai trouvé :

  • Putty sera remplacé par le client openssh fourni dans toutes les distribs
  • WinSCP trouve en Filezilla une bonne alternative
  • HWMonitor, peu utilisé, verra Conky prendre avantageusement sa place (j’y reviendrais)
  • InSSIDer, très bon logiciel pour analyser l’environnement WiFi, trouve un sosie convaincant en LinSSID
  • HLSW a été copié par XQF (sans la lourdeur que cet outil a acquis dans ses dernières versions)
  • Daemon tools, lui, verra les outils de base du noyau faire l’affaire (ben oui, c’est inclus de base avec le manchot, on peut monter plein d’images disques avec plein d’options)
  • Tir groupé avec FLAC2MP3 et SUPER, remplacés par la bibliothèque ffmpeg.

D’autres programmes que j’utilise trouveront leurs équivalents dans les outils fournis par leur environnement de bureau (le DE). En vrac, XChange PDF Viewer, HexChat, Notepad2, InfraRecorder, Frhed. D’autres outils viendront aussi compléter la liste, à choisir en fonction toujours du DE retenu. Et là est la seconde grande question qui se pose, surtout quand il s’agit de rester efficace avec sa bécane. Un point que les windowsiens n’ont pas besoin de soulever. Idem avec les drogués aux pommes.

Le bureau, un choix délicat sous Linux

Oui car sous Linux, l’environnement de bureau est un élément qui provoque les débats parfois les plus passionnés. Perso je m’en fous, je veux juste avoir les moyens, sans y passer une demi-journée voire plus, de modifier la disposition de certains éléments, notamment la barre des taches, que j’ai pris l’habitude de déplacer à la verticale sur la gauche. Parce qu’avec des écrans qui s’étirent toujours plus à l’horizontale, avec des sites web qui s’étirent toujours plus à la verticale, le moindre pixel gagné justement en vertical est bon à prendre. Il serait d’ailleurs temps que les développeurs de bureau s’en rendent compte.

monbureauwindows

Mon bureau actuel sous Windows

Je laisse d’emblée de côté Unity, non pas pour la barre latérale qui me plait beaucoup, mais pour la barre supérieure impossible à virer sans avoir de gros problèmes. La suppression constante des options de personnalisation dans Gnome me donnent le même genre de boutons, et lui aussi ne sait plus se passer d’une barre horizontale. Bref, dans les poids lourds il reste le maintenant mature KDE. Pour avoir déjà essayé d’autres alternatives comme LXDE, ou Razor-qt, (pour lequel il faut en plus savoir choisir le gestionnaire de fenêtres, pas très « user-friendly », surtout pour la personnalisation derrière), mais là aussi j’ai eu quelques soucis en essayant de les manipuler.

30-10-2013_kde-logo

KDE, donc, propose un vrai tout, et une bonne personnalisation « built-in ». J’ai juste un gros problème avec le thème Oxygen, mais ça se règlera plus tard, car il n’empêche pas non plus de travailler. Loin de moi l’envie de copier le plus possible Windows, mais le comportement de la barre des tâches de Seven, avec les applications en icônes, groupées quand plusieurs fenêtres sont ouvertes, est très pratique et assez classe. KWin est pas mal paramétrable pour ses effets, les applications intégrées remplacent les outils dont je n’ai pas d’équivalent, bref, c’est à mes yeux une (très) bonne solution.

Plus loin que le bureau, un environnement aux petits oignons

Et là, me demandez pas pourquoi, j’ai repensé à plusieurs choses que j’ai lu/testé dans le passé, et j’ai eu une vision assez claire de ce que va devenir mon bureau (en dehors d’Oxygen, je sais, je radote mais c’est vraiment horrible, surtout en 2013) :

  • Un dock, placé sur le côté gauche, voire en bas malgré tout, car il se planquera tout seul, pour gérer les applications ouvertes/à ouvrir, et rien ne fait mieux ça que Cairo-Dock.
  • Une applet pour garder les icônes de notifications et de contrôle à portée de main, modifier la barre par défaut peut permettre d’atteindre ce résultat.
  • Variety permet de restaurer une fonctionnalité que j’ai appris à apprécier quand j’ai commencé à vouloir changer régulièrement de fond d’écran (j’ai un petit dossier de près de 1000 images). C’est de base dans Windows, pas encore sous Linux.
  • La police Consolas est copiée depuis Windows, et si possible collée dans tout ce qui utilise une police de caractères : console, éditeur texte/héxa. Le temps de trouver une police qui n’a pas la spécificité d’utiliser ClearType, et qui a la même allure. Courier a fait son temps.
  • Optionnel, mais classe, Conky en pseudo-fond d’écran avec le thème Infinity qui permet d’afficher à la fois l’heure et des infos systèmes, de manière assez classe. Mais pas sur que ça passe bien avec mes fonds d’écran…

Le résultat ? Un espace maximisé pour toutes les fenêtres, et notamment celle qui est probablement la plus importante, celle de Firefox. Avec malgré tout un accès rapide aux choses importantes (icône de gestion réseau, batterie, notifications). Et les autres applications profitent aussi de cet espace supplémentaire. Le dock est à priori ce qui permet le plus de se rapprocher de ce que propose Seven dans sa barre des taches, et dernièrement, j’ai fait le test de la masquer cette barre, j’adhère.

Le choix de la distribution

C’est beau tout ça, mais il reste d’autres paramètres à prendre en compte. J’aime bien la ligne de commande, mais travaillant beaucoup sur Internet, j’aime bien avoir certains logiciels à jour, et je n’ai pas envie d’avoir a recompiler ceux-ci à chaque mise à jour. Je n’ai pas forcément besoin de mettre à jour le cœur du système avec le tout dernier noyau, les dernières versions de la libc, mais les logiciels comme Firefox, Thunderbird, Libreoffice (moins vital celui-là), pour ne parler que de ceux-là, eux s’ils pouvaient être le plus à jour possible, sans me casser la tête, à savoir au travers des dépôts fournis par la distribution, est un gros plus. J’aimerais du coup éviter Arch Linux&co; c’est excellent pour vraiment apprendre, mais j’ai assez vécu de pétage de config pour m’en passer maintenant.

A première vue, j’ai le choix entre Kubuntu 13.10 et Fedora 19, qui tiennent dans mes critères. Mageia a l’air aussi un concurrent sérieux, mais j’aime savoir qu’il y a la masse de ressources derrière, là, c’est encore un peu flou pour moi. Historiquement j’ai plus d’affinités avec l’univers Debian, donc je serais plus enclin à installer Kubuntu. Et avant qu’on me le rappelle, non, une Debian « pure » ne conviendra pas, Sid étant trop instable pour le but recherché, et la plupart des logiciels sont dans des versions trop anciennes à mon goût chez Jessie (testing) et Wheezy (stable). Mais j’aime aussi la nouveauté, alors pourquoi pas tenter un truc différent ? Après tout, mon dernier contact avec une distribution « RPM » date de Mandrake 10.1. Oui, ça nous rajeunit pas. Un rafraîchissement ne peut donc pas faire de mal. On va donc essayer Fedora en premier. Parce que je suis un fou moi.

fedora

Souhaitez-moi bonne chance.

4
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
Seboss666Flemzord Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien
Notifier de
Flemzord
Invité
Flemzord

Alors sa a donner quoi ? Fedora te plait ?

Seboss666
Invité

Eh bien, j’ai commencé à écrire l’épisode 2, dans lequel je détaille mes premiers pas. Sans faire dans le spoiler, j’ai eu quelques surprises. Certaines bonnes, pas forcément liées à Fedora, mais d’autres moins sympas, mais pas liées à Fedora au final après investigation. Dans l’absolu c’est une bonne distribution, bien finie et, dans mon cas, très stable. Pas forcément adaptée pour les plus débutants (j’ai notamment été surpris par mon premier message lié à SELinux), mais pas inaccessible non plus comme peut l’être une Arch Linux ou Slackware où tu dois tout faire à la main. Comme on dit,… Lire la suite »

Flemzord
Invité
Flemzord

J’espère que tu le posteras rapidement, qu’on puisse lire ça !!

Seboss666
Invité

Je sais, ça a pas été rapide, mais si ça t’intéresse toujours : http://blog.seboss666.info/2014/01/migration-ep2-premier-contact/