Huawei P20 Lite, deux ans après

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

Eh ouais, ça fait déjà plus de deux ans que j’ai acheté mon téléphone, vous savez celui qui collait pas du tout à ma checklist de prérequis. On avait déjà fait un premier point d’étape au bout d’un an, comme il est toujours debout, il serait temps d’en reparler après sa deuxième bougie 🙂

Physiquement, RAS

Je suis quelqu’un de pas spécialement stressé sur mon téléphone, mais avec sa protection en verre et sa coque silicone, autant dire que je fais un peu attention quand même. Le silicone c’est la vie, pour les smartphones évidemment, sinon en dehors du latex je préfère le naturel 😀 Plus sérieusement, le silicone transparent a quand même bien jauni, c’est un phénomène que j’avais déjà constaté avec la coque en silicone transparent qui était fournie avec le OnePlus X. Et la protection en verre a pris un peu cher, mais d’une part c’est dans un coin, de l’autre, c’est tellement léger que même écran allumé on le voit pas. Faut dire qu’il est bien plaqué sur l’écran, à part les coins supérieurs mais ça ne l’a jamais dérangé. Si vraiment j’étais capricieux, j’en ai une toute neuve dans le tiroir de mon bureau 😀

Le truc qui était déjà chiant et qui l’est toujours sur ce smartphone, c’est la grille du haut parleur qu’il faut régulièrement nettoyer des poussières et des inévitables crasses qui se collent dedans. Idem pour l’unique trou du microphone encore plus minuscule. J’ai pris l’habitude de le faire avec une petite épingle de couture que m’a laissé ma chère maman. C’est le problème quand le téléphone passe son temps dans la poche d’un jean…

L’autonomie : c’est toujours bon, mais on sent du moins bien

C’est une des bonnes surprises de ce téléphone deux ans après. L’autonomie est encore très bonne malgré le fait que j’ai multiplié les recharges, avec l’utilisation intensive dans les transports et chez moi où ça capte pas super, je le recharge en temps normal tous les jours. Évidemment pendant le premier confinement, sans l’utilisation dans les transports, je m’en sers moins et il capte bien mieux, ce qui fait que je le recharge tous les deux jours.

Paie ta ref de vieux

Il ne faudra malgré tout pas que je traîne pour acheter une batterie de rechange pour prévoir un futur démontage (chose que je n’ai pas faite pour le OnePlus X en même temps, donc je sais pas si ça va durer). Ou que je change de téléphone si un futur modèle qui colle à mes critères, qui ont peu bougé, se présente. Mais j’ai un doute.

Logiciel : bugs, mises à jour…

La situation de Twidere est toujours compliquée, le logiciel est principalement en mode maintenance, c’est donc au petit bonheur la chance par rapport aux évolutions de Twitter. Mais je n’ai pas réinstallé l’application officielle parce que franchement, vu le peu que j’utilise Twitter sur le téléphone en fait, il fait suffisamment bien le boulot (j’ai par contre récemment découvert qu’il manquait les sondages, alors que ça fonctionnait avant, et c’est la foire avec les messages privés. La gestion de l’API est infernale, d’ici à ce que je doive encore jouer avec les clés d’API…).

Là où j’ai fait évoluer la configuration, c’est sur la gestion d’applications. F-Droid toujours au poste évidemment, mais Yalp n’était plus maintenu et posait de plus en plus de problèmes avec certaines applications empaquetées en mode « instant app » qui génère plusieurs fichiers apk, que Yalp ne savait pas gérer. Celui-ci avait été forké pour donner Aurora Store, qui fonctionne pas mal et règle cette histoire de « split apk », mais qui peut encore avoir sporadiquement quelques difficultés avec la connexion anonyme. Avec les problèmes sur la gestion en arrière-plan des applications qui n’a pas vraiment changé, je continue de déclencher manuellement les mises à jour. Quelques minutes le weekend pour vérifier ce qui traîne, la plupart du temps ça suffit largement quand on a déjà une bonne hygiène numérique. Aurora n’est lui-même pas exempt de bug, j’ai du rétrograder de version il y a quelques temps à cause d’un problème avec la création de l’API pour accéder au store Google, pas très pratique. Et F-Droid n’est pas toujours très réactif dans les builds des nouvelles versions. C’est rentré dans l’ordre depuis.

Un dernier bug méchant qui faisait chier et pour lequel j’attendais Fenix avec impatience, c’est Firefox Mobile. Avec le bordel sur la mise en veille des applications, une fois sur deux, quand je veux rouvrir la fenêtre j’avais un souci avec les cookies qui ne sont plus lus ni stockés, ce qui plante toutes les applis, FreshRSS en tête puisque c’est son principal usage. J’étais alors obligé de le fermer complètement et le relancer, ce qui prend de nombreuses secondes parce que la lourdeur était de mise. J’ai eu l’occasion de passer sur Firefox Beta maintenant que c’est le Firefox Nouveau, il n’est à mon sens toujours pas au niveau fonctionnel de son précédesseur, mais au moins sa stabilité est bien meilleure qu’avant. On va dire que je me répète, mais le niveau de finition, y’a un truc qui m’échappe forcément, comme la feignantise sur le support de WebRTC mis en lumière salement avec les problèmes de Jitsi Meet. C’est vrai que vendre un VPN hosté aux US c’est plus important que de respecter les standards ouverts pour lesquels on s’est battu y’a quelques années…

Sinon dans l’ensemble c’est toujours très stable, je n’ai pratiquement jamais de « force close » des applis (ça doit arriver une fois tous les deux mois, voire encore plus rarement). La fluidité est toujours globalement bonne, il arrive tout de même sur le switch d’applications un peu lourdes que ça lag un poil. Reste les applis par défaut de Huawei qui sont vraiment pénibles parce qu’on peut pas les désactiver et qu’elles ne perdent pas une occasion de revenir sur le devant de la scène, je pense notamment à l’application Musique qui empêche VLC de capturer les évènements casque correctement.

Version d’Android, sécurité : à la limite de la mention assez bien

Sur les mises à jour de l’OS, le téléphone est toujours en version 9 d’Android, je pense pas avoir droit un jour à la version 10, et la situation de Huawei avec l’accès aux technologies US ne s’arrange pas, d’autant plus avec Donald Duck en tête de ligne (ouais il est pas beaucoup plus intelligent qu’un canard ce mec alors…). L’arrivée compliquée de Biden en remplacement ne devrait toutefois pas changer les choses dans un avenir proche. Les mises à jour de sécurité et les corrections de bug mineurs sont toujours au programme mais souvent avec de gros décalages (genre deux à trois mois), et là on sent que Huawei ne va pas faire beaucoup d’efforts supplémentaires, quand il cherche à convaincre que son P40 et ses ersatz de services Google sont suffisants dans un monde drogué au logiciel ricain; spoiler alert, c’est raté. Et encore, il faudra que je fasse une vérification parce qu’il parait que les constructeurs mentent parfois sur la réalité du niveau de patch appliqué. Ouais parce que vous comprenez, non contents de forcer les gens à acheter un nouveau téléphone en prétendant que c’est le seul moyen possible pour avoir la dernière version d’Android, en plus ils pipeautent sur le suivi de sécurité essentiel qu’on leur demande de faire. Et Huawei ne serait ni le meilleur élève ni le pire en la matière.

Mise à jour déployée début novembre. Donc deux mois de retard sur les patches de sécu Android. On va se consoler en se disant que ça fait plus de deux ans et que c’est déjà bien d’en avoir encore ? Alors qu’un Microsoft continue encore de fournir des mises à jour pour Windows 8.1 sorti… en 2013, et qui sera maintenu jusqu’en 2023. Voilà…

Par contre c’est pénible, à l’instar d’un Windows 10 qu’il est toujours compliqué de mater, il vous reboot dans la nuit pour appliquer les mises à jour sans vous demander la permission. Heureusement que le réveil est fonctionnel à ce moment-là parce que ce n’est plus le cas de la connexion mobile qui attend le code de déverrouillage de la carte SIM. Imaginez un téléphone d’astreinte qui vous fait ça en pleine nuit…

Alors, le remplaçant ?

Forcément je me pose la question. Pas pour tout de suite, la situation mondiale actuelle ne donne pas envie de dépenser inutilement de l’argent. Malgré la fin actée des mises à jour de l’OS, le reste va continuer de fonctionner, et finalement, les vraies failles systèmes exploitables demandent d’abord d’attaquer les couches supérieures, qui elles sont encore mises à jour (Google Play Services, applications). Le matériel étant encore en très bon état, pas la peine de nourrir la montagne de déchets électroniques. Cette remarque est d’ailleurs à garder, on pourrait s’orienter vers un smartphone d’occasion, de moins d’un an idéalement, qui aura un support complet de LineageOS ? On pourrait rêver, mais qui sait…

Le fait est qu’il faudra bien à un moment donné se pencher sérieusement sur le problème. Entre la base même de l’OS qui est toujours plus attachée à son initiateur, Google, les constructeurs qui continuent de faire des modèles jetables sous prétexte officiel d’économies de fabrication (mais pas de prix d’achat hein, faut pas déconner), sans parler de leurs saloperies de surcouches et applications maison qui sont là juste pour vous espionner un peu plus (Xiaomi étant le dernier en date à s’être fait prendre la main dans le pot de confiture), ça devient compliqué de trouver une plateforme qui ne soit pas conçue dans un but malveillant, et surtout sur laquelle on ne VEUT pas que vous ayez le contrôle.

Alors que c’est toujours plus vital à mesure que le monde ouvert d’Internet menace toujours plus de s’écrouler face à ces requins…

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de