Mon setup barbare pour faire mes vidéos

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
closeCet article a été publié il y a 4 ans 4 mois 3 jours, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées, les commandes ne sont peut-être plus valides.

Quand on regarde les Youtubers, on a presque l’impression que ça se fait tout seul, le boulot. À tel point que la plupart sont obligés de rappeler que tout faire soi-même est un travail monstrueux. Je ne vais pas causer inspiration, car je n’ai pas le talent d’un Bruce Benamram ou d’un Matthieu Sommet, mais technique. Car quand on doit faire avec les moyens du bord pour « produire » une vidéo, c’est assez costaud.

La machine

Généralement, les amateurs de production multimédia s’équipent de machines surpuissantes pour procéder au montage et à la création des divers effets visuels et/ou sonores recherchés. À l’heure actuelle, la machine qui aurait pu remplir ce rôle est hors service, sans possibilité financière de réparer ce qui doit l’être.

Donc c’est mon vieux laptop de 2008 qui s’en charge, un Acer Aspire 5735Z, celui que vous avez déjà pu voir « à poil » dans un de mes voyages au cœur de la bête. Le Pentium T3200 qui l’anime n’est clairement pas un foudre de guerre, sans parler de la « carte graphique », un GM4500HD « intégré » au northbridge (c’était avant les Intel Core Nehalem et suivants intégrant GPU et contrôleur mémoire dans le CPU). Il est néanmoins dual-core et 64bit, ce qui reste pratique pour la vidéo. Épaulé par 4Go de mémoire, dont seuls 3 sont exploitables (et j’ai pas le choix, merci BIOS bridé), et tout de même un SSD Corsair Force Series en SATA2 (soit des pointes de transfert à 250Mo/s, mais vous savez maintenant tout le bien que je pense des SSD).

Tout ceci est très utilisable sous Linux, mais c’est pas toujours super super fluide, j’y reviendrais. La distribution, c’est toujours la Manjaro Linux en édition KDE, à jour (0.8.12 si on prend les versions des isos d’installation), avec le noyau 3.14 LTS qui me convient parfaitement.

La capture d’écran

Pour gérer l’enregistrement de ce qui se passe à l’écran, j’utilise SimpleScreenRecorder. Ce petit soft me permet notamment d’enregistrer en haute qualité avec le codec H264, dans un container MKV, nécessaire pour ne pas trop dégrader l’image enregistrée car elle sera à nouveau compressée lors du montage final.

videosetup-ssr

Ah oui, contrairement à certains vidéastes, vous ne verrez pas ma trombine à l’écran. Vous voyez déjà assez d’horreurs comme ça à la télé ou dans les rues, je vous impose déjà ma voix, pas la peine de vous imposer ma trogne. Et puis la qualité de la webcam sur le laptop est horrible. Non vraiment, ça serait pas bon de vous faire subir ça.

La capture sonore

Parlons-en de ma voix, parce que c’est là que ça devient tricky. Je peux capturer directement le son des micros (intégrés, ou par la prise casque) en même temps que l’image avec SimpleScreenRecorder, mais j’ai toutes les peines du monde à obtenir quelque chose qui ne fasse pas saigner les oreilles. En effet, j’ai un grésillement très désagréable que je n’arrive pas à supprimer, un phénomène que l’on peut entendre chez Frédéric Bezies lui aussi linuxien chevronné.

Alors j’ai opté pour une solution barbare, mais qui donnera un son pas trop pourri. J’ai sous la main ma « vieille » tablette Acer Iconia Tab A210 (encore de l’Acer dis donc), celle qui m’avait servi de test le temps de réparer le laptop. J’utilise une petite application intégrée, car j’ai essayé deux trois apps du Play Store sans succès (qualité médiocre, son haché/corrompu). Elle permet d’avoir un son pas trop dégueu pour du gratos avec du micro intégré à une tablette à peine faite pour du Skype/Google Talk. Et sans grésillement horrible, le tout au format 3GPP, pour ne pas caviarder le peu de qualité produit. Ça imposera une étape importante de montage, histoire de bien synchroniser l’image et le son.

Le montage

Justement le montage, on y vient. Je n’ai pas de gros besoins, et je ne suis pas un néophyte total dans le domaine. J’ai déjà eu affaire avec ni plus ni moins que Sony Vegas Pro, donc les usines à gaz ça me connaît un peu, et KDE oblige, je me voyais utiliser Kdenlive. Mes tous premiers essais m’ont montré un logiciel instable et lourd sur ma machine, bien que très bien fourni en options et fonctionnalités/effets. Je passe vite fait sur le bug qui m’a fait péter la traduction française en Août dernier, produisant un mix français/anglais/russe du plus mauvais effet, que j’ai pu corriger « simplement » en attendant une nouvelle version en fin d’année 2014 qui a rétabli les choses, et corrigé les problèmes de stabilité. Mais qu’il est lourd, qu’il est lourd…

Et puis j’ai entendu parler d’un autre logiciel, certes moins balaise, pour l’instant reposant sur GTK pour l’interface (un port Qt est prévu pour la version 2.0, woot), j’ai nommé OpenShot. Il est bien plus simple, mais finalement, ça me convient plutôt bien, même si je vais être bien plus limité dans mes possibilités d’édition audio, à moins de passer par Audacity avant, ce que j’aimerais éviter autant que possible. J’ai trouvé un avantage certain par rapport à Kdenlive, notamment une fenêtre d’exportation/rendu plus claire,  avec des préréglages suivant les usages, dont « Web » avec certains profils comme « Vimeo HD » et « Youtube HD » qui permettent de présélectionner quelques réglages sympathiques, bien qu’on aie l’onglet avancé pour peaufiner le travail.

Quelques images fixes toute de même

J’ai laissé tomber pour la première vidéo (et peut-être les suivantes, on verra), mais j’ai quand même une ou deux illustrations à incorporer dans le montage final, et j’ai beau avoir essayé Krita, avec difficulté, rien ne remplace The GIMP, malgré une interface qui commence sérieusement à sentir la naphtaline.

Et le plus important finalement : moi

En effet, nos ordinateurs, tous puissants soient-ils (ou pas), sont toujours bêtes comme nos pieds, et ne savent pas encore produire d’eux-même ce genre de contenus. Il faut donc un peu d’huile de coude et une gorge pas trop sèche pour faire apparaître quelque chose de potable à vous mettre devant les yeux et les oreilles. Avec un résultat qui n’est pas d’un niveau professionnel, mais au moins potable. Du moins c’est ce que je pense 🙂

Post Scriptum sur la liberté de tout ça

Mine de rien, beaucoup de logiciels présentés ici sont multiplateformes, open source voire libres, et du coup gratuits. À part OpenShot, qui sera tout ça pour sa version 2.0, et Kdenlive qui le pourrait éventuellement s’ils se sortaient les doigts d’où je pense (c’est éventuellement possible avec Cygwin, mais bonjour la lourdeur de l’ensemble). L’enregistrement sur Android peut être fait au moyen de Sound Recorder, dont le code est dispo sur Github. J’ai déjà évoqué le statut de The GIMP auparavant, mais Krita aussi est dispo sous Windows, et fait amusant, il a remplacé Photoshop à l’université Paris VIII, rien que ça. Audacity est aussi utilisable depuis longtemps sous d’autres cieux que les miens.

Le seul qui ne saurait vraiment être adapté est SimpleScreenRecorder, car il est trop dépendant de l’architecture de l’affichage, complètement différente entre Windows et Linux. Mais des logiciels existent aussi, comme CamStudio (gratuit, mais pas libre, désolé).

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Krapace Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Krapace
Invité
Krapace

En montage vidéo j’ai choisi Pitivi et recordMyDesktop 🙂